L'édito de Thierry Fiorilli (Le Vif/L'Express du 28 mars dernier) confirme la " maladie " des partis plutôt que de la démocratie. Fort bien. Soignons-les donc. Comment ? En invitant les citoyens à voter. [...] Comment voter ? Dans votre circonscription, on attribue cinq sièges. Vous voteriez a priori pour la list...

L'édito de Thierry Fiorilli (Le Vif/L'Express du 28 mars dernier) confirme la " maladie " des partis plutôt que de la démocratie. Fort bien. Soignons-les donc. Comment ? En invitant les citoyens à voter. [...] Comment voter ? Dans votre circonscription, on attribue cinq sièges. Vous voteriez a priori pour la liste L qui compte régulièrement deux élus sur les cinq mandats à attribuer : c'est une hypothèse de confort pour expliquer mon propos. a) D'abord, on vote pour deux candidats au moins ; b) on ne vote pas case de tête si on veut exercer une influence électorale ; c) on ne vote pas pour les deux premiers (élus potentiels) et on ne vote pas non plus pour le dernier car il s'agit souvent d'un déçu qui a raté la tête et exige donc la queue. Simple question de visibilité ; d) on ne vote pas pour ceux qui ne siègeront pas puisqu'ils sont en mission commandée du parti. [...] e) On ne vote pas pour les candidats susceptibles de cumuler après les élections ; f) on néglige les candidats " people " attrape-voix ; g) on ne néglige pas a priori les listes citoyennes. Conclusion : les votes blancs et nuls dépassent largement les 10%. En concentrant ces voix " perdues " sur des candidats sans grande chance d'être élu (aux yeux des partis), on peut faire élire des candidats inattendus et créer ainsi une nouvelle vague de mandataires non encore rompus aux habitudes des partis en place. En renouvelant la technique au fil des scrutins, les partis infléchiront leurs mauvaises habitudes car l'incertitude gagnera... comme cela doit être le cas en saine démocratie.