Pas moins de 20 % des femmes et 10 % des hommes souffriront de dépression à un moment où l'autre de leur vie, avec des idées noires, un manque d'énergie et une déprime qui persistent pendant une période plus ou moins prolongée... Cette période est toutefois aussi très difficile et déroutante pour l'entourage de la personne dépressive, qui se sent impuissant face à sa souffrance et ne sait pas toujours très bien quoi dire (ou ne pas dire). Il est évidemment normal de vouloir aider et soutenir le plus possible un proche dépressif, le tout étant de savoir comment s'y prendre.
...

Pas moins de 20 % des femmes et 10 % des hommes souffriront de dépression à un moment où l'autre de leur vie, avec des idées noires, un manque d'énergie et une déprime qui persistent pendant une période plus ou moins prolongée... Cette période est toutefois aussi très difficile et déroutante pour l'entourage de la personne dépressive, qui se sent impuissant face à sa souffrance et ne sait pas toujours très bien quoi dire (ou ne pas dire). Il est évidemment normal de vouloir aider et soutenir le plus possible un proche dépressif, le tout étant de savoir comment s'y prendre. Laissez l'autre parler de ce qui le préoccupe, invitez-le à exprimer ses pensées et ses émotions... et veillez à ne pas écarter immédiatement ses états d'âme d'un revers de la main et à ne pas prétendre savoir mieux que lui ce qu'il devrait ressentir. Efforcez-vous aussi de lui accorder toute votre attention. Si vous voyez qu'il a du mal à exprimer certaines choses, aidez-le par de petites phrases d'encouragement : " Cela doit être difficile pour toi d'en parler ", " J'apprécie que tu sois si ouvert(e) avec moi "... Même bien intentionnés, les conseils sont au mieux inutiles, au pire contre-productifs. Dire à une personne dépressive qu'elle devrait s'activer pour remonter la pente ou écarter les pensées négatives risque en effet souvent de la déprimer encore plus... La moindre remarque en apparence anodine (" un peu de sport te ferait le plus grand bien ") sera facilement perçue comme un reproche. Sa fatigue, son apathie et ses trous de mémoire ne sont pas de la mauvaise volonté, mais des symptômes de sa dépression ! Elle n'est pas capable de se battre... Efforcez-vous donc de modérer vos attentes et de ne pas vous montrer trop critique quand quelque chose ne va pas. L'attitude négative de l'entourage augmente le manque de confiance en soi, aggrave les reproches que la personne déprimée se fait déjà. Rappelez-lui que vous êtes là si elle a besoin de vous, demandez-lui ce que vous pouvez faire pour l'aider... sans lui apporter des solutions toutes faites. Une personne dépressive aura souvent tendance à s'isoler. Maintenez alors le plus possible le contact avec elle : continuez à l'inviter à vos dîners ou à vos fêtes (même si vous savez qu'elle ne viendra probablement pas), envoyez-lui de temps en temps un sms ou un e-mail juste pour lui dire que vous pensez à elle, faites régulièrement un saut chez elle pour bavarder ou proposez-lui une promenade. Même si elle n'a pas beaucoup envie de parler, le simple fait d'aller faire un petit tour en silence ne pourra que lui faire du bien. Quand on souffre de dépression, même des tâches toutes simples semblent parfois insurmontables. Sans aller jusqu'à tout faire à sa place, vous pouvez donner un petit coup de main pratique de temps en temps : obligations administratives, réparation d'un robinet qui goutte, repassage... L'aide la plus bienvenue passe aussi par de petites choses. Il n'est pas évident de se mettre à la place d'une personne dépressive. Il peut donc être utile de bien s'informer à propos des symptômes, de leur décours et des possibilités qui existent pour les traiter. Lisez des livres ou des articles, parlez-en avec votre médecin ou cherchez des informations, conseils et témoignages sur internet : vous pourrez ainsi mieux appréhender ce qui se passe et remettre un certain nombre de choses en perspective. Mieux comprendre la maladie - car la dépression en est bien une - vous aidera à ne pas vous décourager et à ne pas vous sentir personnellement visé. Gérer une personne dépressive peut être épuisant et bouleverser complètement votre propre vie. Il est donc indispensable de prendre régulièrement du recul, en particulier si la maladie touche quelqu'un de très proche tel qu'un conjoint, un enfant ou un parent. N'essayez pas de masquer l'existence du problème et entourez-vous de personnes qui pourront vous soutenir ou même simplement vous écouter si vous avez besoin de vider votre sac. Prenez aussi suffisamment de temps pour vous et accordez-vous des activités de détente afin de ne pas vous retrouver sur les genoux : ce n'est que si vos propres batteries sont régulièrement rechargées que vous pourrez être là pour les autres ! Faites appel à une aide professionnelle ou encouragez votre proche à se faire soigner, en lui expliquant qu'il est extrêmement difficile de surmonter une dépression tout seul et qu'il existe des médicaments et d'autres thérapies pour l'aider dans son combat. Consulter son généraliste est un bon début ; accompagnez éventuellement la personne si elle a du mal à sauter le pas. Sondez aussi les éventuelles idées suicidaires et prenez-les au sérieux. Les patients dépressifs qui parlent d'en finir ne le font pas pour attirer l'attention. Offrez-leur la possibilité de s'exprimer en toute confiance et contactez éventuellement le centre de prévention du suicide au 0800/32.123 si vous vous faites du souci.