Dans Le Vif/L'Express du 30 mai dernier, l'article principal donne la parole à l'ancien ministre MR Hervé Hasquin qui déclare : " Ce qui me consterne, c'est que durant toute la campagne, ils (les francophones) ont constamment discuté entre eux, comm...

Dans Le Vif/L'Express du 30 mai dernier, l'article principal donne la parole à l'ancien ministre MR Hervé Hasquin qui déclare : " Ce qui me consterne, c'est que durant toute la campagne, ils (les francophones) ont constamment discuté entre eux, comme si le partenaire flamand n'existait pas. " Après les élections, on a continué à dire la même chose. Elio Di Rupo considère clairement qu'il n'est pas nécessaire que les deux plus grands partis flamands participent à un gouvernement fédéral, même si, réunis, ils atteignent pratiquement une majorité absolue. Cela illustre une mentalité que les Flamands n'acceptent plus : la Flandre n'est là que pour cracher de l'argent, pour le reste, elle doit se taire. [...] Vous rendez-vous compte, amis francophones, à quel point c'est insultant pour les habitants du nord du pays ? La Wallonie est toujours à la traîne, l'écart entre le Nord et le Sud de ce pays continue de se creuser systématiquement. [...] Même en Flandre occidentale profonde, on s'énerve, car il est désormais très clair que les milliards de transferts que Bruxelles et la Wallonie empochent chaque année ne rapportent rien et ne se tariront jamais. Allons-nous, Flamands, accepter cette saignée annuelle jusqu'à la fin des temps ?