The Absent Museum

Le Wiels fête ses 10 ans et s'associe au Kunstenfestivaldesarts avec une exposition autour de ce musée d'art contemporain dont Bruxelles attend toujours la naissance. Y sont réunis de grands noms belges et internationaux, d'Ellen Gallagher à Luc Tuymans, de Gerhard Richter à Ann Veronica Janssens (lire aussi Le Vif/L'Express du 14 avril). Le Wiels accueille l'ouverture et la clôture du fest...

Le Wiels fête ses 10 ans et s'associe au Kunstenfestivaldesarts avec une exposition autour de ce musée d'art contemporain dont Bruxelles attend toujours la naissance. Y sont réunis de grands noms belges et internationaux, d'Ellen Gallagher à Luc Tuymans, de Gerhard Richter à Ann Veronica Janssens (lire aussi Le Vif/L'Express du 14 avril). Le Wiels accueille l'ouverture et la clôture du festival, mais aussi plusieurs performances, de Nástio Mosquito, Otobong Nkanga, Lili Reynaud Dewar, Eszter Salamon et Tetsuya Umeda. La chorégraphe cap-verdienne installée à Lisbonne, connue pour son style exubérant et expressif, crée aux Halles de Schaerbeek sa version des Bacchantes, la tragédie grecque d'Euripide. Avec douze danseurs et musiciens sur scène, on attend " une guerre entre l'apollinien et le dionysiaque, la raison et l'intuition, l'individuation et l'oubli de soi ". Ils avaient épaté avec La Estupidez en 2012, ils reviennent aujourd'hui avec Philip Seymour Hoffman, par exemple. Le combo gagnant formé par l'auteur argentin Rafael Spregelburd et le collectif bruxellois Transquinquennal explore cette fois " les méandres de la célébrité ", en avançant derrière la figure de l'acteur américain disparu précocement en 2014. Elle a été emprisonnée pendant trois jours et s'est vu confisquer son passeport pour un projet de performance où les passants étaient invités à s'exprimer librement pendant une minute. On ne rigole pas à La Havane. La plasticienne et activiste cubaine Tania Bruguera se frotte pour la première fois à la création théâtrale avec Endgame, d'après Fin de partie de Samuel Beckett. Allemand né à Bruxelles et basé aujourd'hui à Stockholm, Carsten Höller avait enfermé en 2001 cent personnes pendant 24 heures dans l'Atomium, en écho aux 24 heures d'impossibilité de régner du roi Baudouin, le 4 avril 1990, afin de ne pas contresigner la loi sur la dépénalisation de l'avortement. Il remet le couvert dans le... palais de la Dynastie.