1. Paradise Now (1968-2018)

Marquée par les grèves dans le secteur du théâtre, l'édition 68 du festival d'Avignon avait été complètement chamboulée. Les Américains du célèbre Living Theater mené par Judith Malina et Julian Beck y présentèrent Paradise Now qui, avec ses acteurs dénudés et s'enlaçant en masse, scandalisa une partie du public. Cinquante ans plus tard, le jeune chorégraphe belge Michiel Vandevelde remonte ce happening avec des représentants de la jeunesse actuelle, interrogeant ce qu'il en est de l'amour et de la révolution en 2018.
...

Marquée par les grèves dans le secteur du théâtre, l'édition 68 du festival d'Avignon avait été complètement chamboulée. Les Américains du célèbre Living Theater mené par Judith Malina et Julian Beck y présentèrent Paradise Now qui, avec ses acteurs dénudés et s'enlaçant en masse, scandalisa une partie du public. Cinquante ans plus tard, le jeune chorégraphe belge Michiel Vandevelde remonte ce happening avec des représentants de la jeunesse actuelle, interrogeant ce qu'il en est de l'amour et de la révolution en 2018. Les 12 et 13 mai au Kaaitheater à Bruxelles, www.kfda.be La Cinematek et Flagey proposent un cycle de films " pour évoquer l'esprit d'un temps, des promesses tenues, des utopies déçues, des dérapages et, éventuellement, quelques idées toujours bonnes à prendre pour notre xxie siècle ". Lancé en mars, " Contestation et idées des sixties " affichera notamment en mai Zabriskie Point d'Antonioni, sur la contestation estudiantine américaine, Milou en mai de Louis Malle et Tout va bien de Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin. Jusqu'au 29 mai à Flagey à Bruxelles, www.cinematek.be Pendant trois semaines, le théâtre de Poche, institution revendicatrice s'il en est, ouvre un " village de la contestation ". Rencontre sur les lanceurs d'alerte, documentaire sur l'histoire de l'anarchisme, spectacle de marionnettes où " les valeurs de l'époque chevaleresque s'opposent à l'oppression et la tyrannie ", concert de Didier Super, Circus 68 orchestré par Claude Semal et François Sikivie sous la houlette de Charlie Degotte... Le programme est particulièrement dense et varié. Du 12 mai au 2 juin au théâtre de Poche à Bruxelles, www.poche.be Comme Mai 68, le théâtre Poème a 50 ans. Cet anniversaire sera célébré le 6 mai, avec le vernissage d'une exposition d'affiches de l'époque, une conférence Utopies et nouveaux possibles en 2018, une scène de slam et, après une pause de 68 minutes exactement, un concert de jazz manouche. Le reste du mois sera occupé par la lecture-spectacle Le Chêne qu'on abat, relation par André Malraux de sa rencontre avec le général de Gaulle, publiée en 1971. Du 6 au 29 mai au Poème 2 à Bruxelles, www.theatrepoeme.be A Flagey, la Sonuma (Société de numérisation et de commercialisation des archives audiovisuelles) présente deux documentaires centrés sur la société américaine des années 1960 du reporter belge Pierre Manuel. Le premier, Sing Sing (1968), prend pour titre le nom d'un pénitencier du district de New York où le réalisateur s'est immergé pendant quatre jours, pour livrer " un témoignage exceptionnel de la condition de l'homme enfermé, de l'univers concentrationnaire ". Le second, Harlem ou un été long et chaud, prend la température du quartier new-yorkais juste après la signature du Civil Rights Act, le 3 juillet 1964. Le 14 mai à Flagey à Bruxelles, www.flagey.be