En cette période automnale, les sentiers sont parsemés de châtaignes, de feuilles mortes et de champignons... qui, comme vous le savez certainement, ne sont pas tous comestibles. Que faire si vous (ou votre enfant) ingérez malgré tout un champignon vénéneux ?

Les signes d'empoisonnement par un champignon

- La victime se sent souvent (très) mal et présente des symptômes gastro-intestinaux tels que diarrhée, nausées et vomissements violents.

- On observe parfois aussi des maux de tête lancinants.

- Le patient peut présenter une transpiration ou une salivation abondante, un écoulement nasal ou oculaire.

- Parfois, il manifeste une certaine euphorie ou d'autres modifications du comportement (excitation, confusion, hallucinations).

- La victime peut présenter un état de conscience altéré (hébètement) ou même perdre connaissance.

Que faire ?

- Contactez sans attente le Centre Antipoisons au 070/245.245 et fournissez à l'opérateur toutes les informations pertinentes :

- l'âge et le poids de la victime ;

- le type de champignon ;

- le temps écoulé entre la cueillette et la consommation ;

- le mode de préparation (le cas échéant) ;

- l'état de la victime.

Suivez à la lettre les conseils du Centre Antipoisons.

- Si nécessaire, alertez également le 112 pour demander une aide spécialisée.

- Contrôlez l'état de conscience et la respiration de la victime. Si elle perd connaissance ou cesse de respirer, administrez immédiatement les premiers secours.

- Si la victime doit être réanimée, évitez absolument le bouche-à-bouche. Limitez-vous aux compressions thoraciques et évitez également d'effectuer la réanimation dans un espace confiné : l'air qu'elle expire peut contenir des substances toxiques ! Si vous la placez en position latérale de sécurité, installez-la de préférence sur son côté gauche.