Le Vif/L'Express : La cote d'alerte est-elle dépassée en matière de neutralité de l'Etat ?

>Pierre Galand : La neutralité de l'Etat doit être la règle absolue. Pas question de tolérer le voile ou tout autre signe religieux dans la fonction publique comme le suggérait une note du Service public fédéral Justice, ni qu'un ministre de la Défense accompagne un pèlerinage à Lourdes, sous le prétexte qu'après tout la religion favorise la vie en commun. C'est une absurdité au regard de l'histoire de n...

>Pierre Galand : La neutralité de l'Etat doit être la règle absolue. Pas question de tolérer le voile ou tout autre signe religieux dans la fonction publique comme le suggérait une note du Service public fédéral Justice, ni qu'un ministre de la Défense accompagne un pèlerinage à Lourdes, sous le prétexte qu'après tout la religion favorise la vie en commun. C'est une absurdité au regard de l'histoire de notre pays et un recul par rapport à notre conception de la démocratie en Europe. Qu'il s'agisse des coulisses du Parlement européen ou de la Commission, les institutions religieuses exercent un lobbying inquiétant. Elles cherchent à remettre en cause des acquis, tels que le droit à l'avortement, les circonstances de la fin de vie, la recherche sur l'embryon, etc. > En janvier 2004, le Centre d'action laïque avait pris une position officielle de tolérance et de compréhension, pour éviter qu'une mesure d'interdiction ne crée des discriminations. Aujourd'hui, on a l'impression que les religions reprennent un espace qui n'est pas le leur. Tant que la foi reste du domaine des convictions, elle est tout à fait respectable. Or, à l'occasion du centenaire de Darwin, nous avons assisté à une offensive des créationnistes. Une inspectrice m'a rapporté les propos d'une jeune régente en sciences qui, à peine son diplôme en poche, lui a dit qu'elle n'enseignerait jamais la théorie de l'évolution à ses élèves, parce que sa religion le lui interdisait. Nous avons pris la mesure de cette situation. A l'extérieur de l'école et dans les écoles, des groupes ont modifié subtilement le concept de la liberté. Face à cette manipulation, face à ces tendances-là, le Centre d'action laïque constate l'existence d'une nouvelle discrimination, qui vise à obliger les élèves à porter le voile pour avoir la paix. Ça suffit, on a fait fausse route ! La même règle doit s'appliquer à tous dans l'enseignement, hormis, bien sûr, les professeurs de religion islamique ou les parents : pas de signes religieux à l'école ! " Entretien : M.-C.R.