Le 17 février 2008, le Kosovo proclamait son indépendance, dans la foulée de la dislocation de la Yougoslavie et des longs affrontements qui s'ensuivirent. Le 28 juin 1989, le président serbe Slobodan Milosevic soufflait sur les braises d'une situation déjà explosive, en prononçant un discours, resté c...

Le 17 février 2008, le Kosovo proclamait son indépendance, dans la foulée de la dislocation de la Yougoslavie et des longs affrontements qui s'ensuivirent. Le 28 juin 1989, le président serbe Slobodan Milosevic soufflait sur les braises d'une situation déjà explosive, en prononçant un discours, resté célèbre, devant plus d'un million de personnes. " Je vous promets que de nouvelles batailles attendent les Serbes [...], clamait-il. Je garantis le droit des Serbes à vivre réunis entre eux dans un seul Etat. " Du 6 mars 1998 au 10 juin 1999, la région entrait dans un conflit " interethnique " opposant l'armée yougoslave à l'armée de libération du Kosovo (UCK) et l'Otan. Conflit qui se soldera par plus de 13 000 victimes, des milliers de réfugiés et de civils disparus. Aujourd'hui, le Kosovo est reconnu par cent-dix Etats à l'échelon international, dont une très large majorité des membres de l'Union européenne. Mais ses deux millions d'habitants (dont 95 % d'Albanais) peinent à surmonter un passé douloureux. Depuis la fin de la guerre, des enclaves serbes, dont la population est estimée à 70 000 habitants, subsistent en effet dans le nord et le sud. Les tensions entre communautés y sont quotidiennes. Cependant, quelques initiatives citoyennes " mixtes " se mettent en place, notamment à ?trpce, où villageois albanais et serbes s'élèvent ensemble contre des projets de barrages hydrauliques afin de sauver leurs rivières. Mais dans ce tout jeune pays, le chemin reste long avant de réunir les peuples.