Dans les discussions sur les risques de certains stimulants, on lance volontiers l'un ou l'autre pavé dans la mare. Ainsi, une étude ...

Dans les discussions sur les risques de certains stimulants, on lance volontiers l'un ou l'autre pavé dans la mare. Ainsi, une étude canadienne suggère que les effets négatifs du cannabis sur le cerveau de jeunes adolescents se répercutent plus longtemps que ceux de l'alcool. Surtout sur la mémoire, le contrôle des pulsions et le traitement des informations visuelles. Reste à savoir si cela apporte grand-chose au débat. Tous deux sont nocifs pour le jeune cerveau. Nous le savons depuis longtemps. De plus, cette étude présente de nombreuses lacunes, qui en rendent les conclusions peu fiables.