Gros coup de mou à la d'habitude si pimpante compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair. Sur le fond, elle a agi dans l'irrespect total de ses clients en annulant à la dernière minute nombre de vols européens. Il a fallu attendre plusieurs jou...

Gros coup de mou à la d'habitude si pimpante compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair. Sur le fond, elle a agi dans l'irrespect total de ses clients en annulant à la dernière minute nombre de vols européens. Il a fallu attendre plusieurs jours pour disposer du programme complet - jusqu'à fin octobre - des renoncements de vols et pour entendre le patron présenter un dispositif de remboursement ou de compensation aux clients. Sur la forme, la communication du premier transporteur européen de passagers a été désastreuse. Le mauvais temps a été avancé comme première justification ; puis le souci de restaurer la ponctualité de la compagnie - facile quand on supprime purement et simplement des vols. Enfin, un problème de planification, sur 9 mois au lieu de 12 - quelle marque de professionnalisme - des congés des pilotes. En réalité, mais Ryanair nie bien évidemment, la compagnie serait confrontée à un exode important et subit de pilotes vers la compagnie Norwegian spécialisée dans les vols long-courriers à bas coût et sans doute plus respectueuse de son personnel. En attendant, sur un total de 2 000, près de 300 vols ont été supprimés en Belgique, à Charleroi et à Zaventem ; ce qui n'est guère profitable à l'économie locale.