L'activité physique a non seulement un effet protecteur contre le cancer du sein, mais accroît aussi l'efficacité du traitement et limite les risques de rechute. S'activer après une chirurgie mammaire peut sembler contre-intuitif, parce que votre corps vous dit qu'il a surtout besoin de repos... Pourtant, il est crucial de continuer à bouger, souligne la kinésithérapeute An De Groef (Universiteit Antwerpen et KU Leuven), qui s'efforce d'encourager les patients qui souffrent d'un cancer du sein à poursuivre ou reprendre une activité physique. " La f...

L'activité physique a non seulement un effet protecteur contre le cancer du sein, mais accroît aussi l'efficacité du traitement et limite les risques de rechute. S'activer après une chirurgie mammaire peut sembler contre-intuitif, parce que votre corps vous dit qu'il a surtout besoin de repos... Pourtant, il est crucial de continuer à bouger, souligne la kinésithérapeute An De Groef (Universiteit Antwerpen et KU Leuven), qui s'efforce d'encourager les patients qui souffrent d'un cancer du sein à poursuivre ou reprendre une activité physique. " La fatigue est l'une des plaintes les plus fréquemment associées à la maladie et, aussi paradoxal que cela puisse paraître, elle ne se soigne pas que par le repos. À trop se ménager après une opération, on risque en effet de se retrouver dans un cercle vicieux où la détérioration de la condition physique alimente la fatigue et vice versa. Pour en sortir, il faut bouger suffisamment. " " Rien ne s'oppose à la poursuite d'une activité physique au cours d'un traitement par rayons ou chimiothérapie, même si personne ne vous demande évidemment de faire des prouesses : aller vous promener ou faire du vélo quelques fois par semaine peut déjà être suffisant. Dans la majorité des cas, continuer à bouger au cours d'un traitement est parfaitement sûr, mais n'hésitez pas à demander conseil à votre oncologue au moindre doute. " Au-delà de la résistance physique, l'exercice peut aussi améliorer votre santé psychologique. " Un diagnostic de cancer du sein est dur à encaisser. Bouger, en particulier avec d'autres, peut apaiser les angoisses et les symptômes dépressifs et améliorer la qualité du sommeil. " Idéalement, on recommande chaque semaine un minimum de 150 minutes d'activité d'intensité modérée - marche, vélo, tondre la pelouse, faire le ménage, etc. Les patientes dont la condition physique s'est fortement détériorée sous l'effet de la maladie peuvent également bénéficier d'un programme de revalidation à l'hôpital ou chez le kinésithérapeute, sur renvoi d'un médecin. " L'offre ordinaire - celle d'un club de marche, de vélo ou de fitness, par exemple - reste toutefois à la portée de la plupart des patientes après l'opération. Faire de l'exercice à plusieurs peut accroître la motivation et le fait d'avoir un partenaire fixe ou même un chien aide à ne pas rester cloîtré chez soi. Il est important de se fixer des objectifs atteignables et de procéder par étapes. Après une opération lourde, pas besoin de vous imposer d'emblée une promenade de 5 kilomètres : ne soyez pas trop dure avec vous-même et offrez-vous une récompense à chaque objectif atteint. Enfin, cela tombe sous le sens mais il est toujours utile de le répéter : choisissez une activité qui vous plaît, cela vous aidera à persévérer. "