Un confort d'utilisation optimal nécessite avant toute chose un bon film lacrymal. Malheureusement, celui-ci peut être perturbé par une foule de facteurs: travail à l'écran (parce que l'on cligne moins des yeux), atmosphère très sèche (air conditionné), certaines maladies et médicaments... mais aussi le port de verres de contact lui-même. "Même si la plupart des lentilles sont aujourd'hui constituées de matériaux qui retiennent bien l'humidité voire libèrent activement du liquide (dans les versions moist ou hydraclear), les porteurs restent plus sensibles à la sécheresse oculaire, caractérisée par des démangeaisons ou une sensation de brûlure, de fatigue ou d'avoir quelque chose dans l'oeil", explique le Pr Carina Koppen, ophtalmologue à l'UZA et présidente de l'European Contact Lens Society of Ophthalmologists. "Ce problème se manifeste surtout à partir de la quarantaine, le film lacrymal ayant tendance à...

Un confort d'utilisation optimal nécessite avant toute chose un bon film lacrymal. Malheureusement, celui-ci peut être perturbé par une foule de facteurs: travail à l'écran (parce que l'on cligne moins des yeux), atmosphère très sèche (air conditionné), certaines maladies et médicaments... mais aussi le port de verres de contact lui-même. "Même si la plupart des lentilles sont aujourd'hui constituées de matériaux qui retiennent bien l'humidité voire libèrent activement du liquide (dans les versions moist ou hydraclear), les porteurs restent plus sensibles à la sécheresse oculaire, caractérisée par des démangeaisons ou une sensation de brûlure, de fatigue ou d'avoir quelque chose dans l'oeil", explique le Pr Carina Koppen, ophtalmologue à l'UZA et présidente de l'European Contact Lens Society of Ophthalmologists. "Ce problème se manifeste surtout à partir de la quarantaine, le film lacrymal ayant tendance à se détériorer avec l'âge... et les larmes artificielles ne suffisent pas toujours. Si elles sont efficaces, il est toutefois important de les choisir sans conservateurs, car ceux-ci risquent de s'accumuler dans les lentilles (et en particulier dans les lentilles souples), avec à la clé des yeux rouges et irrités lorsque la dose toxique est atteinte." De nombreuses personnes développent une hypersensibilité aux conservateurs ou à d'autres constituants de leur solution pour lentilles. Elles présentent alors une réaction allergique avec, là aussi, des yeux rouges et irrités. "La première solution est d'opter pour un produit avec une composition différente. Si cela ne suffit pas, on peut passer aux lentilles à usage unique qui ne nécessitent pas de conservation." Les modèles qui peuvent être portés plusieurs jours doivent être nettoyés quotidiennement, en les frottant du bout du doigt avec une solution pour lentilles après chaque utilisation. "Cela vaut même si le produit d'entretien est présenté comme no rub (sans frotter), insiste la spécialiste. Il est utopique d'espérer éliminer sans frotter toutes les saletés qui s'accumulent: dépôts de protéines en provenance du film lacrymal, pollens, traces de maquillage, etc. Le désinfectant contenu dans le liquide de conservation n'agit correctement que sur des lentilles propres." Lorsque vous remettez vos lentilles, jetez le liquide dans lequel elles ont été conservées. "Et ne laissez pas votre étui sécher à l'air libre, comme on le conseille souvent: vous ne savez pas ce qui risque de s'y retrouver! Mieux vaut le sécher à l'aide d'un mouchoir en papier et le fermer. Ne le remplissez à nouveau que lorsque vous retirez vos lentilles. Pensez aussi à remplacer régulièrement l'étui lui-même - au minimum à chaque fois que vous entamez un nouveau flacon de solution pour lentilles." Sans une bonne hygiène des mains et des lentilles, l'étui devient en effet rapidement un véritable "bouillon de culture". Les porteurs de lentilles courent alors un risque élevé d'introduire toutes sortes de micro-organismes dans leurs yeux. "Ils sont aussi plus exposés aux inflammations de la cornée: ils présentent plus souvent de petites plaies indiscernables au niveau de la cornée, en particulier lorsqu'ils traînent à remplacer leurs lentilles... autant de voies d'accès rêvées pour les micro-organismes." Chaque année, environ 4 porteurs de lentilles sur 10.000 sont victimes d'une infection de la cornée. Cette complication peu fréquente est potentiellement lourde de conséquences. "Dans le meilleur des cas, il reste une petite cicatrice à l'extérieur du champ visuel (sans apparition de zone aveugle), précise le Pr Koppen. Dans le pire des scénarios, l'infection résistera à un traitement médicamenteux puis à une greffe de cornée et l'oeil est perdu. Un traitement rapide et adéquat peut faire la différence. Consultez donc toujours un ophtalmologue dans les 24 heures en cas de douleur oculaire ou d'hypersensibilité à la lumière accompagnée d'une rougeur légère à intense autour de l'iris et éventuellement d'une perte de vision." Le coupable est le plus souvent la bactérie Pseudomonas aeruginosa. Les acanthamoeba, des organismes primitifs, sont une autre cause redoutée - mais nettement moins fréquente - d'infections oculaires. Deux pathogènes qui peuvent se retrouver dans l'eau du robinet. "Ne l'utilisez donc jamais pour conserver vos lentilles. Idéalement, pensez aussi à retirer celles-ci pour prendre une douche ou vous baigner. En particulier si vous utilisez des lentilles souples, qui absorbent facilement l'eau, permettant aux microbes éventuellement présents de s'installer à la surface de l'oeil."