Bernard Clerfayt (FDF) est secrétaire d'Etat aux Finances dans le gouvernement fédéral. Il est l'une des seules personnalités du MR à s'être imposée dans une commune populaire, Schaerbeek, dont il est le bourgmestre en titre.
...

Bernard Clerfayt (FDF) est secrétaire d'Etat aux Finances dans le gouvernement fédéral. Il est l'une des seules personnalités du MR à s'être imposée dans une commune populaire, Schaerbeek, dont il est le bourgmestre en titre. Le Vif/L'Express : Le MR recule dans les centres urbains. Il peine aussi à attirer les électeurs d'origine étrangère. Considérez-vous cette situation comme irréversible ? > Non. La preuve par Schaerbeek ! Schaerbeek est la 10e commune la plus pauvre de Belgique. Le message qu'a envie d'entendre la population issue de l'immigration correspond aux valeurs de travail et d'effort que défend le MR. Durant la campagne, le MR a surtout cherché à convaincre les électeurs de ne pas voter PS. Mais, pour le chauffeur de bus ou la caissière d'un supermarché, quelles sont les raisons de voter MR ?> Voter MR, pour eux, serait un choix logique : ce sont des gens qui veulent que leur travail soit respecté, qui sont attentifs à leur pouvoir d'achat, et qui souhaitent donc ne pas être taxés excessivement. Ils attendent aussi que les collectivités soient gérées avec rigueur, que les services publics fonctionnent de façon efficace. Mais pas forcément dans une logique de gestion consistant à donner toujours plus. Si vous arrivez à séduire l'électorat populaire à Schaerbeek, pourquoi les autres leaders du MR n'y arrivent-ils pas ailleurs ? > Peut-être qu'ils sont restés ancrés dans des clivages anciens. Peut-être s'agit-il d'un personnel politique désireux de surtout représenter les classes moyennes ou la bourgeoisie. Considérez-vous que le libéralisme à la uccloise, incarné par Armand De Decker, appartient au passé ?> Le MR vient de remporter 30 % des voix en Région bruxelloise. N'allez pas le jeter à la poubelle ! La liste MR représentait une réalité bruxelloise. Elle ne représentait pas assez toutes les réalités bruxelloises d'aujourd'hui. Cette liste comportait plusieurs candidats schaerbeekois d'origine turque ou marocaine. Aucun d'entre eux n'a été élu...> Schaerbeek est l'un des rares viviers, si je puis dire, d'où émergent des candidats MR issus de l'immigration. Mais ils ont été confirmés très tardivement sur la liste, ce qui ne leur a pas permis de mener une campagne efficace. Et parmi les 20 premières places, il y avait peu de diversité. A l'avenir, on devra laisser plus de place à la diversité. Le MR a-t-il commis une erreur stratégique en composant sa liste bruxelloise ?> Oui et non. Le MR a composé une liste qui lui ressemblait, qui correspond à ce que sont ses représentants dans les communes bruxelloises. Maintenant, nous devons travailler pour rapprocher le MR de la réalité bruxelloise. Sans tomber dans le communautarisme à l'excès, comme l'ont fait le PS et le CDH. Entretien : F.B.