A Biarritz, on les admire, on les applaudit, on les jalouserait presque, les Chastaing. Deux beaux fils athlétiques aux brillantes études, une jeune soeur à l'esprit aiguisé, un père pharmacien, une mère aimante... la famille solaire par excellence, à l'instar de ce surf pour lequel les garçons, Thadée et Zachée, se sont pris...

A Biarritz, on les admire, on les applaudit, on les jalouserait presque, les Chastaing. Deux beaux fils athlétiques aux brillantes études, une jeune soeur à l'esprit aiguisé, un père pharmacien, une mère aimante... la famille solaire par excellence, à l'instar de ce surf pour lequel les garçons, Thadée et Zachée, se sont pris de passion. Evidemment, tout va se lézarder. Dès la page 25 (il y en a 440), l'harmonie connaît un premier raté, jolie amorce d'une série de drames magistralement orchestrée tout au long de ce récit choral aussi haletant que subtil, rayonnant que grave. Lors d'un séjour sabbatique à la Réunion, le dieu Thadée, l'aîné de 21 ans, est amputé après s'être fait croquer la jambe par un requin. Et c'est bientôt toute la tribu qui claudique : la mère se ronge les sangs, le père s'oublie dans les bras de sa maîtresse, la benjamine se recroqueville et le cadet perd le nord. Tandis que, de témoignage en témoignage, le personnage de Thadée le pervers se complexifie et son passé se noircit. L'étonnante Rébecca Lighieri (alias Emmanuelle Bayamack-Tam) jongle avec les registres - roman d'amour, récit sportif, drame familial, suspense psychologique teinté de gore - comme ses protagonistes se jouent des vagues. Happé par ce roman tel le surfeur par la houle, le lecteur finit sonné sur la grève. Avec l'envie féroce de repartir dans les flots. Retrouvez l'actualité littéraire dans Focus Vif : cette semaine, notamment, Le Jeu et le massacre, double roman inédit en français du scénariste de Fellini, Ennio Flaiano, et Un homme au téléphone, portrait d'une mère drôlement envahissante par Carol Fives.MARIANNE PAYOT