Cinquante nuances de Grey, par EL James, éd. JC Lattès, 553 p.
...

Cinquante nuances de Grey, par EL James, éd. JC Lattès, 553 p. A lire aussi : En pages 5 et 14 du Vif/Weekend L'interview de Sylvie Lausman sur www.levif.be Après Harry Potter et les vampires de Stephenie Meyer ( Twilight), voilà donc Cinquante nuances de Grey. L'auteure ? Une inconnue de 48 ans, EL James. Ancienne productrice télé et mère de famille, Erika Leonard vit en banlieue londonienne. Un profil assez éloigné d'un roman érotique initiatique, à la sauce SM. Les premières pages sont postées sur le Net et enflamment la Toile. L'édition s'en empare, l'an dernier, proposant le roman sur tablette numérique. Bingo : 40 millions de lectrices, 40 traductions en cours, adaptation du livre au cinéma décidée (Bret Easton Ellis à la man£uvre), une fortune personnelle désormais estimée à 45 millions de dollars et une place décernée par Time parmi les cent personnes les plus influentes du monde. L'éditeur Lattès (cf. Da Vinci Code) mise gros avec un tirage de 320 000 exemplaires, un budget pub de 15 000 euros et la sortie des prochains tomes début 2013. La trilogie comptera 1 500 pages. L'histoire ? Il était une fois la jeune étudiante Anastasia. Alors qu'elle rêve d'amour, elle rencontre Christian Grey, homme d'affaires millionnaire et beau à sombrer. Le coup de foudre est immédiat. Il l'amène en hélicoptère dans son nid secret. La chambre rouge révèle son côté brut(e) : son goût très très très prononcé pour le SM. Et donc, l'affolant Grey propose à Anastasia, l'oie blanche, un contrat de " soumise ". Très maître de lui, Christian n'a pas prévu un détail : sa belle est vierge. Qu'importe : il l'initiera au " sexe vanille " (normal) d'abord. Puis, puisque c'est son truc, au sadomasochisme. EL James dit avoir été motivée par la crise de la quarantaine et l'envie d'explorer ses fantasmes les plus fous. " Il y a un tel fossé entre les aspirations des femmes et leur place réelle dans la société, estime Sylvie Lausman, historienne et psychanalyste. Cela induit une fragilité et une perte de repères auprès des deux sexes, guère égalitaires. " Les " desesperate housewives " acclameraient ainsi ce roman cucul car leur rôle d'épouse et de mère a balayé leur sexualité. " Comment la vivre pleinement à tous les âges de la vie ? Une femme de 40 ans rêverait d'en avoir 20. L'auteur lui offre un espace fantasmagorique, où elle peut redevenir vierge ou s'avérer soumise. La violence s'y accompagne d'un câlin. " Anastasia reçoit une fessée ? Christian lui apporte une crème apaisante... Reste qu'à côté de Sade, Histoire d'O, Catherine Millet ou Christine Angot, ce mélange de " porno SM soft " et d'eau de rose paraît dé-suet. On est là dans une sorte de roman-photo, inondé de clichés chick-lit (" la littérature pour poulettes ", ou des romans écrits par des femmes, pour des femmes, très en vogue depuis la fin des années 1990) et parsemé de termes crus. Ainsi, Mister Grey a mille visages, mais Anastasia présente 50 nuances de rouge en le regardant ! Et les dialogues dignes des Feux de l'amour sont suivis de scènes hard assurant la jouissance à 100 %. " Plaquer l'orgasme sur la relation amoureuse revient à la vider de découvertes qui en font l'originalité, décode Sylvie Lausman. Alors que l'ultra-romantisme permet de développer des sentiments à travers une situation extrême. " Pas étonnant que les Américaines soient sensibles à cette transgression, alliant l'amour à la moralité. Qu'en sera-t-il des Belges ? " Les femmes européennes ont des vies plurielles. Elles ont déjà intégré depuis longtemps le libre arbitre et une sexualité épanouissante, détachée de la reproduction ", estime Sylvie Lausman. L'engouement chez nous semble douteux, sauf si les lectrices de Lévy, Musso et Gavalda se ruent sur une histoire d'amour torride. Eros suffira-t-il à soigner Christian de ses " déviances " et de ses blessures d'enfance ? " Chacun des héros attend d'être bousculé, assène la psychanaliste. Anastasia devient moins béate et Christian cède sa toute-puissance contre son propre questionnement. L'enjeu étant d'aboutir à une relation respectueuse, au sein d'un univers sensuel et sexuel. A savoir l'apprentissage de la liberté. "KERENN ELKAÏM