Le discours de Sophie Wilmès pour l'Assemblée générale de l'ONU à New York, en septembre, est en cours d'écriture. Pandémie oblige, ce sera en virtuel...

Le discours de Sophie Wilmès pour l'Assemblée générale de l'ONU à New York, en septembre, est en cours d'écriture. Pandémie oblige, ce sera en virtuel et préenregistré. Seul un délégué par pays pourra être présent, soit maximum193, alors qu'en temps normal les Etats membres envoient plus de 5 000 personnes à New York durant cette période intense en rencontres. Le Conseil de sécurité, dont la Belgique est membre jusqu'à la fin de l'année, ne s'est réuni que trois fois en présentiel le mois dernier. " Nous sommes privés d'un outil classique de la diplomatie, qui est l'entretien en direct, soupire-t-on aux Affaires étrangères. Négocier en virtuel sur des sujets complexes, comme nous le faisons depuis le 12 mars dernier, ce n'est pas évident. "