Vendredi 4 octobre. A quelques heures du démarrage d' Africapitales (1), la salle principale des Halles vibre encore de la pose de câbles, peintures et décors. L'espace majeur de l'ancien marché couvert schaerbeekois a été divisé en scènes, compartiments et même possibles salons de conversations. " Où il pourra y avoir deux, trois, quatre activités - ou plus - en même temps ", relève Christophe Galent, boss et programmateur du lieu. Par exemple, celle qui accueille, ce 17 octobre, un débat sur " Décoloniser la finance : l'Afrique et la dette illégitime ", mettant en parole l'historien Eric Toussaint en partenariat avec le Journal des sans papiers. Secouer les idées dans un shaker inattendu ? " Oui et forcément, il y a de la politique dans ce premier festival du genre aux Halles. L'endroit que son découvreur culturel, Jo Dekmine, au milieu des années 1970, décrivait comme un feu ouvert ". Cheminée à haute combustion vu le programme intense ayant la particularité d'avoir été fomenté avec " les forces vives des afro-descendants " pour ces trois semaines de théâtre, danse, performance, expo, musique, stylisme, marché ou DJ-ing. Avec la diaspora des 54 pays africains résidant à Bruxelles. " L'Afrique est entrée dans une phase tr...