Le Parti républicain est en pleine refonte identitaire, une évolution qui ne suit pas la voie d'un assouplissement. Au-delà de la rigueur budgétaire et des... exonérations fiscales pour les plus nantis, son programme se cristallise autour des questions du droit à l'avortement et du port d'arme. La communauté noire américaine a été historiquement moins intéressée par ces thèmes, au point que l'on pouvait penser que le parti conservateur avait quasiment abandonné toute tentative de la courtiser. Le diagnostic doit-il être modifié?
...

Le Parti républicain est en pleine refonte identitaire, une évolution qui ne suit pas la voie d'un assouplissement. Au-delà de la rigueur budgétaire et des... exonérations fiscales pour les plus nantis, son programme se cristallise autour des questions du droit à l'avortement et du port d'arme. La communauté noire américaine a été historiquement moins intéressée par ces thèmes, au point que l'on pouvait penser que le parti conservateur avait quasiment abandonné toute tentative de la courtiser. Le diagnostic doit-il être modifié? Personnalité afro-américaine républicaine et fidèle soutien de Donald Trump auquel il a consacré un livre, Vernon Robinson estime que "le parti conservateur ne dispose pas à ce jour - et c'est le cas depuis bien longtemps - d'un semblant de stratégie pour capter l'intérêt des électeurs de la communauté afro-américaine, alors qu'ils sont pourtant très croyants et sensibles, par exemple, à la question de l'avortement". C'est le Parti démocrate, depuis la double présidence de Lyndon Johnson dans les années 1960, qui s'est naturellement posé en défenseur des minorités de couleur lors de la décennie dite des "droits civiques" dont les avancées ont notamment garanti une pleine participation de la communauté au processus démocratique. Ce parrainage s'est-il fossilisé avec le temps? Le soutien afro-américain au Parti démocrate est-il définitivement considéré comme acquis, au besoin en cédant au clientélisme? Cette thèse est défendue par un nombre restreint mais significatif de personnalités de couleur, que les médias conservateurs de type Fox News tentent de mettre en avant pour casser le quasi-monopole démocrate sur l'identité noire aux Etats-Unis. Les choses seraient ainsi en train d'évoluer. Comme le rappelle Vernon Robinson, "le Parti républicain ouvre de plus en plus ses portes à des gens de couleur, pas seulement par stratégie électorale. Car bon nombre de Noirs ont fait l'expérience du rêve américain et constituent, dès lors, de bons porte-drapeaux des valeurs républicaines de résilience, de dur labeur et d'autoentrepreunariat". C'est notamment le cas de Winsome Sears, la nouvelle "lieutenant-gouverneur" de Virginie, sorte de bras droit du gouverneur républicain Glenn Youngkin, élu en novembre. Elle aussi est une fidèle de Donald Trump. Débarquée enfant aux Etats-Unis en provenance de Jamaïque avec son père sans-le-sou, elle a gravi les échelons jusqu'à être nommée à ce poste prestigieux, en étant préférée à des hommes blancs plus expérimentés. Un signe d'une nouvelle stratégie de la part des conservateurs pour capter l'électorat de couleur? Pour Vernon Robinson, les républicains ont des atouts en ce sens: "Les individus les plus concernés par la dynamique du port d'arme sont bien les Afro-Américains, qui vivent le plus souvent dans un environnement marqué par un danger constant, et qui doivent se défendre. De plus, les républicains veillent au respect de l'ordre public, une autre question centrale pour la communauté qui se plaint à l'envi de voir relâchés des criminels dangereux au sein même de leur tissu social par des politiques démocrates laxistes et permissives."