Sur la pochette du nouveau Slipknot, Iowa, on repère d'emblée un sticker avec le fameux "Parental Advisory Explicit Content" et une tête de bouc qui nous regarde d'un mauvais air. Ce dernier, vieux symbole du Malin, n'en est pas à son premier tour de rock: la pochette (intérieure) de Beggar's Banquet, des Rolling Stones, ne comportait-elle pas déjà cet animal corné...

Sur la pochette du nouveau Slipknot, Iowa, on repère d'emblée un sticker avec le fameux "Parental Advisory Explicit Content" et une tête de bouc qui nous regarde d'un mauvais air. Ce dernier, vieux symbole du Malin, n'en est pas à son premier tour de rock: la pochette (intérieure) de Beggar's Banquet, des Rolling Stones, ne comportait-elle pas déjà cet animal corné, plongé, il est vrai, dans une soupe? L'étiquette mettant en garde les parents contre le "contenu explicite" des morceaux n'est pas étonnante, dans la mesure où cette formation à masques hideux privilégie le "choc des mots, le poids des décibels": fuck, shit et autre commentaires sexo-fécaux étant bombardés à chaque instant. Sur un mur du son que les non-ados trouveront hideux (à 99%), ces millionnaires du speed-metal bâtissent des riffs lourds ultra-rapides et des vocaux littéralement vomis qui semblent avoir été captés de l'extérieur d'un four à micro-ondes. Le groupe étant, naturellement, à l'intérieur de l'appareil ménager. Mais tout cela semble, a priori, de bonne guerre, puisque, d'Alice Cooper aux Sex Pistols, le "mauvais goût" et le Grand-Guignol, notions très subjectives, creusent volontairement le fossé intergénérationnel. Et alimentent la "rebéllion" - sincère ou non - des jeunes contre les vieux (cons). Ce qui est dérangeant, par contre, c'est le cynisme de ces déguisés qui prétendent dénoncer l'immense vacuité des banlieues (blanches) moyennes américaines par un torrent de "provocations", le plus souvent coincées au stade anal: boire leur urine ou s'"auto-violenter" étant au programme des prestations scéniques. Un nihilisme décalé, quand on sait que la plupart des neuf membres sont mariés (à l'église?) et élèvent leurs propres enfants dans les meilleurs principes. En Belgique, ils seront en tout cas cohérents avec eux-mêmes en jouant dans le hideux hangar du Brabanthal de Leuven: on vous y souhaite une très laide soirée.CD Iowa, chez Roadrunner. En concert le 12 février, au Brabanthal, à Leuven (0900-260 60, 0,45 euro/min). Ph.C.