1990 Jugé coupable de fausses déclarations sous serment devant le tribunal de Vérone à propos de son appartenance à la loge P 2. Délit amnistié.
...

1990 Jugé coupable de fausses déclarations sous serment devant le tribunal de Vérone à propos de son appartenance à la loge P 2. Délit amnistié. 1994 (22 novembre) Alors qu'il préside le sommet international contre la criminalité, à Naples, il est invité à comparaître dans le cadre d'une affaire de corruption de la Guardia di finanza. Il sera condamné en juillet 1998 à deux ans et neuf mois de prison, puis acquitté en appel en mai 2000 et innocenté en cassation en octobre 2001. 1995 Accusé de falsification de bilan dans le cadre du transfert du joueur du Milan AC Gianluigi Lentini. Il aurait financé en partie l'achat de ce joueur au Torino FC avec une caisse noire de 5 millions d'euros. Bénéficie de la prescription en novembre 2002, grâce à la loi dépénalisant partiellement le faux en bilan, votée par sa majorité au Parlement. 1995 Accusé de fraude fiscale dans l'acquisition de terrains voisins de sa villa de Macherio. Acquitté en première instance et en appel. 1995 Accusé de falsification de bilan et de fraude fiscale lors de l'achat de la société cinématographique Medusa. Condamné en première instance à seize mois de réclusion en décembre 1997, acquitté en appel en février 2000, innocenté en cassation en octobre 2001. 1995 Accusé de financement illicite du Parti socialiste italien de Bettino Craxi à travers le compte All Iberian. Condamné en première instance à deux ans et quatre mois de réclusion en juillet 1998, prescription en appel en octobre 1999, celle-ci est confirmée en 2000 par la Cour de cassation. 1996 Ouverture d'une enquête menée par le juge espagnol Baltasar Garzon pour évasion fiscale et infraction à la législation antitrust dans l'affaire du rachat de la chaîne Telecinco. 1998 Accusé de corruption de magistrat à l'occasion du rachat par Fininvest de la maison d'édition Mondadori. Prescription en appel et acquittement en cassation en novembre 2001. 2004 Relaxé à la suite de l'affaire SME (un groupe agroalimentaire acheté à un prix avantageux). Son avocat est condamné à cinq ans de prison ferme. 2005 Accusé de faux en bilan dans l'affaire All Iberian 2. Relaxé en raison des nouvelles normes en matière de criminalité financière. 2005 Affaire David Mills. Berlusconi est accusé d'avoir versé 600 000 dollars en 1997 à son avocat britannique David Millsen échange de faux témoignages etde la destruction de documents luiportant préjudice. 2005 Affaire Mediaset. Accusé de faux en bilan, de fraude fiscale et d'abus de biens sociaux. Mediaset est soupçonné d'avoir gonflé artificiellement les prix d'achat des droits de diffusion de films américains. L'enjeu était de créer des caisses noires à l'étranger et de réduire les bénéfices de la compagnie en Italie, afin de payer moins d'impôts. 2007 La cour estime que Berlusconi doit être rejugé pour l'affaire SME. Acquitté en 2004, confirmé en appel. En octobre, Berlusconi est définitivement acquitté. 2008 (23 juillet) Berlusconi fait voter une loi lui octroyant l'immunité judiciaire tant qu'il occupera la fonction de président du Conseil. En octobre, les procès Mills et Mediaset sont suspendus. 2009 (26 avril) Affaire Noemi Letizia.La participation de Berlusconi à la fête d'anniversaire de cette jeune fille de 18 ans et les rumeurs qui courent sur leur relation aboutissent au divorce du couple Berlusconi. 2009 (mai) Publication des motivations du jugement condamnant David Mills à quatre ans et demi de prison pour faux témoignage afin de faire bénéficier " Silvio Berlusconi et [son] groupe Fininvest de l'impunité [à] ou au moins de conserver les profits considérables réalisés " dans des affaires de fraude fiscale présumée. 2009 (18 juin) Affaire des escort girls : Giampaolo Tarantini aurait payé des prostituées pour qu'elles se rendent au domicile de Berlusconi.