Il y a des endroits que l'on ne peut trouver que par hasard... Comme ce terrain situé dans la périphérie de Liège. En pleine campagne, orienté plein sud, avec une vue plongeante sur la vallée urbanisée en contrebas. Et avec pour seul vis-à-vis une église érigée au loin, sur une colline dominant les environs. " Le terrain avait beaucoup de qualités, mais il n'était pas évident de voir son potentiel, raconte l'architecte Céline Van Impe. C'était en fait le jardin de la maison voisine. Il était étroit, pentu... bref, difficile ! "
...

Il y a des endroits que l'on ne peut trouver que par hasard... Comme ce terrain situé dans la périphérie de Liège. En pleine campagne, orienté plein sud, avec une vue plongeante sur la vallée urbanisée en contrebas. Et avec pour seul vis-à-vis une église érigée au loin, sur une colline dominant les environs. " Le terrain avait beaucoup de qualités, mais il n'était pas évident de voir son potentiel, raconte l'architecte Céline Van Impe. C'était en fait le jardin de la maison voisine. Il était étroit, pentu... bref, difficile ! " L'architecte et son conjoint souhaitaient une habitation s'organisant de plain-pied, pour une question de mode de vie mais aussi de fluidité des espaces. Vu les importantes contraintes du terrain, il y avait peu d'orientations possibles. Le bâtiment se déploie tout en longueur. Il est enterré au niveau de sa façade nord, toute proche de la maison voisine, et largement ouvert au sud pour profiter de la vue et de la bonne orientation. Pour s'intégrer au site, l'architecte a opté pour du traditionnel. Au niveau de la structure (blocs de béton, isolant et parement en briques) mais aussi des matières. La brique choisie pour le parement est brute, authentique. Elle est collée en appareillage sauvage apportant aux façades des nuances colorées. Autre matériau très présent : le bois, qui règne tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Côté aménagement, l'accent a été mis sur la qualité des zones de vie, tandis que les trois chambres et les deux salles d'eau ont été réduites au minimum. L'espace intégrant la cuisine-salle à manger, le séjour et la salle de jeu est aéré, sans pour autant être entièrement ouvert. Les espaces s'organisent suivant un axe ouest-est qui part de la rue jusqu'au jardin, une longue perspective qui offre des vues d'un bout à l'autre de la maison et structure les différentes zones. Un bloc technique s'implante au coeur de l'habitation, côté nord, permettant aux autres fonctions de profiter des ouvertures périphériques, la façade nord étant enterrée. L'entrée se positionne également à cet endroit stratégique. A droite, la zone de nuit ; à gauche, les espaces de vie. Le volume technique, arrondi pour inviter les visiteurs à se diriger vers le séjour, accueille vestiaire, sanitaires, buanderie et accès à la cave. La cuisine-salle à manger se trouve juste à côté, tandis que le séjour et la salle de jeu s'installent en contrebas. Les espaces de nuit se répartissent à l'autre bout du bâtiment, côté rue. Les chambres des enfants sont au rez-de-chaussée, de part et d'autre d'une petite salle de bains. L'espace des parents est accessible via un escalier qui s'inscrit dans l'axe principal. Ce second niveau a été imposé par le service communal de l'urbanisme, afin de respecter les gabarits des maisons voisines. Réalisation : Céline Van Impe. www.cvi-architectures.be Ce mois-ci dans Je vais Construire • La gestion intelligente de l'eau de pluie • Portes et fenêtres isolantes : 5 étapes pour bien choisir • Concevoir un logement adaptable www.jevaisconstruire.be ANNE-CATHERINE DE BAST