Au départ, il y avait un terrain vague. Une parcelle à bâtir très étroite (5,80 mètres) et très pentue, coincée entre deux maisons peu profondes de type bel-étage, construites sur trois niveaux. Comment y faire réaliser les voeux d'une famille de quatre tout en respectant les contraintes urbanistiques ? C'est un bel exercice de compacité qui s'offre à l'architecte. Creuser le terrain et construire en hauteur, voilà somme toute l'option qui s'impose. Avec l'avantage non négligeable que la compacité permet de limiter la consommation d'énergie.
...

Au départ, il y avait un terrain vague. Une parcelle à bâtir très étroite (5,80 mètres) et très pentue, coincée entre deux maisons peu profondes de type bel-étage, construites sur trois niveaux. Comment y faire réaliser les voeux d'une famille de quatre tout en respectant les contraintes urbanistiques ? C'est un bel exercice de compacité qui s'offre à l'architecte. Creuser le terrain et construire en hauteur, voilà somme toute l'option qui s'impose. Avec l'avantage non négligeable que la compacité permet de limiter la consommation d'énergie. Limité en profondeur et en hauteur par les bâtiments voisins, l'architecte Sébastien Krier imagine un projet qui procure malgré tout une réelle sensation d'espace et offre finalement une généreuse surface habitable. La modification de la courbe du terrain permet de créer un rez-de-chaussée profond contre les terres, qui libère les étages des locaux techniques et de service. Outre l'entrée, le niveau à rue accueille ainsi un garage, une cave, une buanderie et des toilettes. Grâce aux travaux de terrassement, le premier étage, dédié aux espaces de vie, se prolonge vers le jardin et dispose d'une agréable terrasse de plain-pied. Le deuxième étage, réservé aux enfants, s'aligne en hauteur sur la construction voisine la plus haute. Un niveau supplémentaire était toutefois nécessaire pour créer une zone destinée aux parents. Pour assurer son intégration au bâti existant, ce dernier étage a été construit en retrait par rapport aux deux façades. Très peu visible de la rue, il n'a guère d'impact sur le contexte environnant. De plus, ces légers décalages offrent aux habitants de belles terrasses avec vues panoramiques sur la Cité ardente. Très discrète depuis la rue, l'habitation offre en réalité deux visages différents. La façade avant, relativement massive, est presque aveugle. Seule une tranche vitrée épouse la circulation verticale. A l'inverse, la façade arrière s'ouvre généreusement sur le jardin sans vis-à-vis. Les matériaux sont également plus légers : le crépi et le bois apportent une touche naturelle. Mais le contraste se joue aussi au niveau même de la façade avant. Vu de l'extérieur, le mur opaque présente un aspect très fermé. A l'intérieur, il se fait plus léger et offre une subtile transparence. Des claustras distillent une douce et chaude lumière qui anime l'intérieur de délicats jeux de clair-obscur. " Nous souhaitions une façade moderne, non pas lisse et froide mais plutôt organique, raconte Xavier, le propriétaire. Nous avons choisi à dessein une brique moulée main, à l'aspect naturel et brut. " La pose collée, les formats irréguliers, les variations de couleur et l'aspect texturé du matériau offrent à la façade une vibration particulière.