Fin octobre, 57% des Bruxellois avaient reçu au moins une dose de vaccin. Or, la Région s'était fixé un taux de vaccination de 65%. "C'est partout dans les médias, on n'a pas atteint nos objectifs." Mais Inge Neven, qui coordonne la campagne de vaccination à Bruxelles, veut y voir du positif. Un peu plus de deux semaines après l'entrée du Covid safe ticket, 10 000 personnes sont vacci...

Fin octobre, 57% des Bruxellois avaient reçu au moins une dose de vaccin. Or, la Région s'était fixé un taux de vaccination de 65%. "C'est partout dans les médias, on n'a pas atteint nos objectifs." Mais Inge Neven, qui coordonne la campagne de vaccination à Bruxelles, veut y voir du positif. Un peu plus de deux semaines après l'entrée du Covid safe ticket, 10 000 personnes sont vaccinées (en première dose) chaque semaine à Bruxelles. Pour affiner la stratégie de vaccination, différents outils existent. Parmi ceux-ci: les chiffres de vaccination par quartier. Ces chiffres, que Le Vif a obtenu, ont permis d'affiner la stratégie et de savoir où mettre l'accent, aussi bien sur l'opérationnel que la sensibilisation. Ils ont permis aussi de mesurer l'impact des actions de terrain. A la date du 9 octobre, dans huit quartiers bruxellois, la majorité des plus de 12 ans n'étaient pas vaccinés. "A certains endroits, on s'attendait à plus que ce qu'on a atteint, c'est clair, détaille Inge Neven. Mais il faut faire attention à garder un équilibre. On veut convaincre, pas imposer, cela afin de ne pas créer plus de blocages. Grâce à une collaboration avec les communes, des associations et des acteurs de terrain dans les quartiers, on a tenté d'analyser la raison pour laquelle la vaccination y est moins élevée. La présence d'une maison de repos, d'un hôpital ou encore la non-prise en compte de vaccinations à l'étranger peuvent avoir un impact sur les chiffres. Une fois qu'on a une meilleure compréhension du pourquoi, on essaie de cibler les endroits où mener des actions spécifiques. L'outil a surtout été utilisé au début de la campagne, quand on s'est plus concentré sur les quartiers les plus vulnérables. Le premier bus installé à Jette l'a été sur la base de ces statistiques. A présent, on pointe les quartiers où le nombre de plus de 65 ans non vaccinés est le plus élevé."