La Fondation Mons 2015 mise énormément sur le millier de jeunes étudiants montois qu'elle a d'ores et déjà associés à l'aventure " Mons, capitale européenne de la culture 2015 ". Sur son site, la Fondation en fait " un projet pour la jeunesse ". Et pour que cette dernière trouve dans cette expérience " des raisons de croire en un avenir solide, qu'elle y saisisse des opportunités de formation, d'épanouissement personnel, que le développement de la ville et de la région soit pour elle synonyme de projet de vie ", elle a concocté toute une série de projets exclusivement conçu...

La Fondation Mons 2015 mise énormément sur le millier de jeunes étudiants montois qu'elle a d'ores et déjà associés à l'aventure " Mons, capitale européenne de la culture 2015 ". Sur son site, la Fondation en fait " un projet pour la jeunesse ". Et pour que cette dernière trouve dans cette expérience " des raisons de croire en un avenir solide, qu'elle y saisisse des opportunités de formation, d'épanouissement personnel, que le développement de la ville et de la région soit pour elle synonyme de projet de vie ", elle a concocté toute une série de projets exclusivement conçus pour elle. Ainsi, Salomé, Marie et huit autres jeunes Montois, tout comme des Namurois, des Nantais, des Réunionnais et des Montréalais, bénéficient du compagnonnage de Wajdi Mouawad, premier artiste associé de Mons 2015, pour passer de l'enfance à l'âge adulte. Durant l'été 2011 à Athènes, les cinquante jeunes sélectionnés sur la base d'un dossier de candidature ont découvert Des Femmes, une première trilogie de tragédies de Sophocle que le metteur en scène d'origine libanaise a présentée dans l'Acropole. 2015 verra aboutir la création des sept tragédies du poète grec. Les jeunes sont impliqués au c£ur de la création et, jusqu'à son aboutissement, ils se retrouvent chaque été pendant une semaine dans une ville différente. Après Athènes, ils ont découvert Lyon. Ils iront ensuite à Cracovie, puis dans une ville du monde arabe. Pour 2015, Wajdi Mouawad leur a parlé d'un lieu " autre que la terre ". Salomé et Marie plaisantent en rêvant de la lune, mais ce sera sans doute dans les contrées océaniques. Ce que les jeunes filles retiennent surtout des premières sorties à l'étranger, ce sont les échanges avec les autres jeunes participants. De leur côté, Gaspard, Manon et Nadia profitent d'un coaching intensif en néerlandais à l'école Polyac. Au terme des quatre années de formation, 24 jeunes devraient devenir parfaits bilingues pour pouvoir accueillir le public néerlandophone de Mons 2015. Avec Ivan et Camille, les deux derniers prennent aussi part au programme Media DJ qui sensibilise les jeunes à l'utilité concrète des nouvelles technologies. Ils ont également organisé de A à Z le concert de I Am From Barcelona, lors du Festival au Carré, en juillet dernier. Et puis, pour tous, il y a des escapades culturelles dans des villes belges, des rencontres avec des artistes, des échanges avec des jeunes d'ailleurs... un fourmillement d'activités dans lesquelles ils sont acteurs bien plus que consommateurs. Néanmoins, 2015 reste encore assez flou pour les ados. " On est un peu perdu, on ne sait pas exactement ce qu'on attend de nous ", confie Nadia. " Et après 2015 ? " se demande Marie. Ce qui est sûr, c'est qu'en 2015 nous retrouverons tous ces jeunes au c£ur de l'action. Ils occuperont une place stratégique dans les domaines de l'accueil, de la médiation et de l'animation. CAROLINE DUNSKI