En 2015, l'Union européenne instaurera un label énergétique pour permettre la comparaison du rendement des différents systèmes de chauffage. En attendant, sur le terrain, les chaudières au gaz et au mazout deviennent de plus en plus performantes, ce qui ne les empêche pas de subir la concurrence croissante des pompes à chaleur, considérées comme plus écologiques. Et plus rentables ?
...

En 2015, l'Union européenne instaurera un label énergétique pour permettre la comparaison du rendement des différents systèmes de chauffage. En attendant, sur le terrain, les chaudières au gaz et au mazout deviennent de plus en plus performantes, ce qui ne les empêche pas de subir la concurrence croissante des pompes à chaleur, considérées comme plus écologiques. Et plus rentables ? " La personne la mieux positionnée sur le marché pour répondre aux besoins du client est l'installateur de chauffage, précise d'emblée Etienne de Montigny, initiateur du réseau DTC qui fait le lien entre installateurs et fabricants et collabore avec l'UMONS pour établir des diagnostics énergétiques. La pompe à chaleur est un produit délicat à commercialiser parce qu'il est totalement méconnu et bouleverse très fort les habitudes, tant du côté des installateurs que des clients finaux. Mais elle est de plus en plus au goût du jour et tous les fabricants de systèmes de chauffage ont au moins un modèle dans leur gamme de produits. " Une enquête publiée par Test-Achats indique que " si l'on compare le coût total annuel - amortissement de l'investissement et frais de fonctionnement inclus - à celui de systèmes de chauffage traditionnels, une pompe air/eau (lire l'encadré) de 10 kW consommant l'équivalent de 2 000 litres de mazout (ou 20 000 kWh) par an ne rivalise pas encore avec une chaudière au gaz naturel, mais concurrence déjà les systèmes au mazout et au propane. " Le mensuel de l'association de défense des consommateurs précise que les calculs n'ont pas tenu compte des primes éventuelles (1). Le chauffagiste Fabio Maiorca explique que, pour lui, " quand il s'agit de rénovation, la chaudière gaz à condensation reste le maître-achat ". Elle représente 70 % des installations qu'il a effectuées l'an dernier, contre 30 % de pompes à chaleur. " Mais si je travaille pour un entrepreneur qui construit des maisons neuves, la proportion peut s'inverser. " Tous les spécialistes s'accordent en effet à dire qu'une bonne isolation importe plus que le choix d'un système de chauffage. L'enjeu est de limiter les déperditions d'énergie pour diminuer les besoins énergétiques à fournir par n'importe quel système pour chauffer le bâtiment et l'eau. Et l'isolation peut, elle aussi, bénéficier de primes. (1) Les primes régionales évoluent régulièrement en fonction des budgets régionaux. Pour en savoir plus : www.energie.wallonie.be ; www.bruxellesenvironnement.be ; www.premiezoeker.be Caroline Dunski