Une panne de chaudière peut avoir des causes multiples. Il y a celles qui peuvent être anticipées en posant quelques gestes qui garantiront un rendement optimal à votre système de chauffage... Et il y a aussi les signes avant-coureur qui peuvent être facilement repérés avant que la panne se produise. Histoire de l'éviter au plus mauvais moment cet hiver.

1. Votre chaudière a-t-elle atteint l'âge de la retraite ?

Une chaudière de plus de 15 ans devient moins performante, consomme plus (30% de plus) et est plus souvent sujette aux pannes. Mieux vaut penser à temps à la remplacer par une nouvelle chaudière. Pour éviter des dépannages coûteux et répétitifs. Mais aussi pour éviter de devoir la remplacer en urgence... parce qu'elle est tombée en panne et que vous n'avez plus le choix !

2. Votre chaudière est-elle régulièrement entretenue ?

L'entretien d'une chaudière, c'est le b.a.-ba ! Saviez-vous qu'un entretien régulier par un professionnel agréé diminue jusqu'à 5 fois les risques de panne ? Sans oublier qu'il garantit à votre appareil un rendement optimal. Mieux vaut le faire avant l'hiver, quand les chauffagistes sont un peu moins débordés.

De plus, le contrôle périodique de la chaudière est une obligation légale. Les chaudières au gaz doivent être vérifiées tous les 3 ans en Wallonie et tous les 2 ans en Flandre et à Bruxelles. Les chaudières au mazout doivent être contrôlées tous les ans dans les 3 Régions.

3. Votre boiler d'eau chaude est-il bien réglé ?

" On pense souvent qu'en hiver il faut pousser la température du boiler d'eau chaude relié à la chaudière sur 70°C, regrette Paul De Vylder, expert énergie chez ENGIE. A tort ! 60° est amplement suffisant. D'autant plus qu'en choisissant cette température plus basse, les dépôts de calcaire seront moindres et vous prolongerez la durée de vie du boiler. Par conséquent, vous réduirez les risques de panne de chauffage. " Mieux vaut par contre ne pas baisser la température sous les 60°C : germes et bactéries ne seraient plus détruits.

4. Avez-vous vérifié la pression ?

La pression de l'eau dans la chaudière doit toujours être optimale : elle se situe en général entre 1 et 2 bars. " L'aiguille noire qui indique la pression doit se situer dans la zone verte du manomètre de votre chaudière ", conseille Paul d'ENGIE. Si la pression est trop haute, cela endommagera votre installation de chauffage. Si elle est trop basse, votre chauffage fonctionnera moins bien.

5. Avez-vous encore assez de mazout?

Après l'été, la " panne " classique chez les propriétaires d'un chauffage au mazout: plus de mazout dans la cuve ! La jauge peut d'ailleurs parfois être trompeuse. La bonne vieille technique du bâton dans la cuve reste un must ! Et si cela vous arrive, veillez à effectuer un entretien après avoir refait le plein mais avant de remettre votre chaudière en route car les dépôts qui encombrent le fond de la cuve risquent d'encrasser le brûleur...

6. Vos canalisations ne vous jouent-elles pas un mauvais tour?

Gare au gel cet hiver : des canalisations non isolées peuvent se figer à cause de la condensation et provoquer un arrêt brutal de la chaudière. C'est une des causes les plus fréquentes de panne à l'arrivée du froid.

Un autre genre de panne peut se produire avec une chaudière au gaz, qui se met parfois en défaut de démarrage après avoir été complètement éteinte. Il s'agit d'un manque de gaz dans la canalisation. Solution : faire purger la canalisation par un professionnel.

De longues périodes d'inactivité peuvent également provoquer un blocage de la pompe à eau ou, pour les chaudières mazout, un encrassage des filtres par stagnation.

Ces 4 petites vérifications suffisent parfois

Parfois, une chaudière en panne ne l'est que pour un détail que vous pouvez résoudre vous-même.

Le thermostat. Commencez par examiner le thermostat : la fonction indiquée est-elle correcte ? Les horaires de fonctionnement indiqués sont-ils les bons ?

L'alimentation. Une prise débranchée, un disjoncteur qui a sauté, des fils endommagés... Une panne électrique ou une mise en sécurité empêchera l'appareil d'être alimenté, donc de fonctionner.

La veilleuse. De nombreuses anciennes chaudières ont une veilleuse, une petite flamme qui doit rester allumée. Si elle est éteinte, la chaudière ne répondra à aucun ordre de chauffage. Il suffit alors de la rallumer.

Le reset. Il suffit parfois de réinitialiser les réglages de la chaudière pour la faire redémarrer, en appuyant sur " On/Off " ou sur le bouton " reset ", en fonction des instructions reprises dans le manuel d'utilisation de la chaudière.

Et si malgré tout votre chauffage reste désespérément à l'arrêt, faites appel au service dépannage chauffage d'ENGIE. ENGIE dispose de 150 chauffagistes prêts à vous dépanner rapidement.

Votre chaudière a fait son temps, comment savoir si c'est le moment de lui faire vos adieux ? Faites le test en 5 questions.