Les prix des génériques, hormis ceux des médicaments de la catégorie A, auront baissé de 19% en 3 ans, selon FeBelGen. Cette baisse résulte de négociations avec le cabinet de la ministre de la Santé publique Laurette Onkelinx dans le cadre de la confection du budget 2014. En moyenne, un comprimé générique coûtera en Belgique 20 eurocents (prix ex-usine, soit le prix du médicament payé au fabricant), contre 19 eurocents en moyenne au niveau européen. "Grâce à l'arrivée des médicaments génériques depuis 2001, l'INAMI a déjà pu économiser 3,2 milliards d'euros sur les dépenses en médicaments. En parallèle, le patient doit sortir moins de sa poche", commente Joris Van Assche, administrateur délégué de FeBelGen. Selon ce dernier, l'INAMI pourrait encore économiser 60 à 80 millions d'euros et les patients de 30 à 40 millions d'euros par an si les médecins prescrivaient systématiquement un générique en lieu et place d'un médicament de marque. Les génériques représentent en Belgique 15% du chiffre d'affaires découlant de la vente de médicaments sur le marché ambulatoire (officines publiques) et 4% pour ce qui concerne la vente sur le marché hospitalier. (Belga)

Les prix des génériques, hormis ceux des médicaments de la catégorie A, auront baissé de 19% en 3 ans, selon FeBelGen. Cette baisse résulte de négociations avec le cabinet de la ministre de la Santé publique Laurette Onkelinx dans le cadre de la confection du budget 2014. En moyenne, un comprimé générique coûtera en Belgique 20 eurocents (prix ex-usine, soit le prix du médicament payé au fabricant), contre 19 eurocents en moyenne au niveau européen. "Grâce à l'arrivée des médicaments génériques depuis 2001, l'INAMI a déjà pu économiser 3,2 milliards d'euros sur les dépenses en médicaments. En parallèle, le patient doit sortir moins de sa poche", commente Joris Van Assche, administrateur délégué de FeBelGen. Selon ce dernier, l'INAMI pourrait encore économiser 60 à 80 millions d'euros et les patients de 30 à 40 millions d'euros par an si les médecins prescrivaient systématiquement un générique en lieu et place d'un médicament de marque. Les génériques représentent en Belgique 15% du chiffre d'affaires découlant de la vente de médicaments sur le marché ambulatoire (officines publiques) et 4% pour ce qui concerne la vente sur le marché hospitalier. (Belga)