Des informations avaient fait croire vendredi qu'un des deux jeunes avait dû être relaxé faute de place en IPPJ (institution publique de protection de la jeunesse), comme cela a été le cas à plusieurs reprises dans d'autres affaires ces dernières années. Pour l'agression d'Ougrée, l'ensemble du dispositif de prise en charge des mineurs poursuivis pour des faits qualifiés infractions a été adéquat et a permis que les décisions judiciaires soient effectivement exécutées, a souligné la ministre. "La pression sur les IPPJ a substantiellement diminué depuis 2010 et la création de 20 places supplémentaires (Saint-Hubert et Wauthier-Braine), ainsi que grâce à la mise en place de mesures alternatives telles que les SAMIO (qui peuvent prendre en charge concomitamment 120 jeunes)", a souligné Mme Huytebroeck (Ecolo). (Belga)

Des informations avaient fait croire vendredi qu'un des deux jeunes avait dû être relaxé faute de place en IPPJ (institution publique de protection de la jeunesse), comme cela a été le cas à plusieurs reprises dans d'autres affaires ces dernières années. Pour l'agression d'Ougrée, l'ensemble du dispositif de prise en charge des mineurs poursuivis pour des faits qualifiés infractions a été adéquat et a permis que les décisions judiciaires soient effectivement exécutées, a souligné la ministre. "La pression sur les IPPJ a substantiellement diminué depuis 2010 et la création de 20 places supplémentaires (Saint-Hubert et Wauthier-Braine), ainsi que grâce à la mise en place de mesures alternatives telles que les SAMIO (qui peuvent prendre en charge concomitamment 120 jeunes)", a souligné Mme Huytebroeck (Ecolo). (Belga)