Les médicaments biosimilaires sont des "quasi-copies" des médicaments biologiques de marque utilisés pour le traitement de problèmes graves et chroniques comme la dialyse rénale, les cancers, la sclérose en plaques ou l'arthrite rhumatoïde. Selon le KCE, "la plupart des médicaments biologiques sont onéreux et représentent un coût croissant pour l'assurance-maladie qui les rembourse intégralement". Or "le prix des médicaments biosimilaires est de 20 à 34% inférieur à celui des originaux", assure le Centre fédéral. Cela étant, les ventes de biosimilaires ont du plomb dans l'aile. Selon FeBelGen, ces répliques détiennent à peine 0,1% du marché. "Certains hôpitaux bénéficient d'une ristourne tellement élevée (jusqu'à 75%) sur le prix officiel des médicaments originaux que ceux-ci deviennent financièrement plus intéressants que les biosimilaires", déplore le KCE. "Ces rabais accordés par les producteurs d'originaux ne sont pas communiqués aux autorités, alors même que le remboursement se base sur le prix officiel, nettement plus élevé". D'après le KCE, "il persiste également chez certains spécialistes et pharmaciens cliniques des doutes quant à l'efficacité et à la sécurité des biosimilaires, faute de données cliniques et d'informations suffisantes de la part du fabricant". Pourtant, "un usage adéquat des médicaments originaux et biosimilaires pourrait déboucher sur des économies substantielles", selon le KCE. FeBelGen invite les autorités à créer davantage d'incitants à la prescription des biosimilaires. (MUA)

Les médicaments biosimilaires sont des "quasi-copies" des médicaments biologiques de marque utilisés pour le traitement de problèmes graves et chroniques comme la dialyse rénale, les cancers, la sclérose en plaques ou l'arthrite rhumatoïde. Selon le KCE, "la plupart des médicaments biologiques sont onéreux et représentent un coût croissant pour l'assurance-maladie qui les rembourse intégralement". Or "le prix des médicaments biosimilaires est de 20 à 34% inférieur à celui des originaux", assure le Centre fédéral. Cela étant, les ventes de biosimilaires ont du plomb dans l'aile. Selon FeBelGen, ces répliques détiennent à peine 0,1% du marché. "Certains hôpitaux bénéficient d'une ristourne tellement élevée (jusqu'à 75%) sur le prix officiel des médicaments originaux que ceux-ci deviennent financièrement plus intéressants que les biosimilaires", déplore le KCE. "Ces rabais accordés par les producteurs d'originaux ne sont pas communiqués aux autorités, alors même que le remboursement se base sur le prix officiel, nettement plus élevé". D'après le KCE, "il persiste également chez certains spécialistes et pharmaciens cliniques des doutes quant à l'efficacité et à la sécurité des biosimilaires, faute de données cliniques et d'informations suffisantes de la part du fabricant". Pourtant, "un usage adéquat des médicaments originaux et biosimilaires pourrait déboucher sur des économies substantielles", selon le KCE. FeBelGen invite les autorités à créer davantage d'incitants à la prescription des biosimilaires. (MUA)