"Nos hôpitaux n'offrent pas seulement des soins de qualité. Ils ont aussi pour tâches de développer de nouvelles technologies, de former correctement les jeunes médecins et de leur laisser effectuer de la recherche au sujet d'affections complexes et rares", précise Marc Noppen, le vice-président de la Conférence. "Cela explique notre demande concrète à l'adresse du gouvernement, de prendre les choses en main déjà dès cette législature". Le gouvernement avait annoncé durant l'été différentes mesures d'économie touchant le secteur des soins de santé. Ces mesures entraîneraient une perte de 52 millions d'euros au total pour les hôpitaux universitaires. Si on additionne les économies imposées depuis 2011, on arrive même à plus de 100 millions d'euros. "Dans les hôpitaux universitaires, l'établissement seul porte directement le poids des économies demandées", note Marc Noppen, qui ajoute que cette situation est liée à la rémunération différente des médecins dans les hôpitaux universitaires ou non-universitaires. Une délégation sera reçue dans quelques jours par la ministre de la Santé publique Laurette Onkelinx, pour discuter de la problématique. (Belga)

"Nos hôpitaux n'offrent pas seulement des soins de qualité. Ils ont aussi pour tâches de développer de nouvelles technologies, de former correctement les jeunes médecins et de leur laisser effectuer de la recherche au sujet d'affections complexes et rares", précise Marc Noppen, le vice-président de la Conférence. "Cela explique notre demande concrète à l'adresse du gouvernement, de prendre les choses en main déjà dès cette législature". Le gouvernement avait annoncé durant l'été différentes mesures d'économie touchant le secteur des soins de santé. Ces mesures entraîneraient une perte de 52 millions d'euros au total pour les hôpitaux universitaires. Si on additionne les économies imposées depuis 2011, on arrive même à plus de 100 millions d'euros. "Dans les hôpitaux universitaires, l'établissement seul porte directement le poids des économies demandées", note Marc Noppen, qui ajoute que cette situation est liée à la rémunération différente des médecins dans les hôpitaux universitaires ou non-universitaires. Une délégation sera reçue dans quelques jours par la ministre de la Santé publique Laurette Onkelinx, pour discuter de la problématique. (Belga)