La Wallonie comptabilise 1.000 radars et, plus précisément, 275 boîtiers répressifs fixes, 125 radars répressifs mobiles et 600 radars préventifs (c'est-à-dire qui affichent la vitesse à laquelle roulent les conducteurs mais ne permettent pas de les sanctionner). Ces chiffres comprennent tant les radars dont les boîtiers proviennent de la Région wallonne - il y en a 33 - que ceux installés par les communes et la police. Côté flamand, d'après les chiffres communiqués à Belga par l'Agence flamande en charge des routes et du trafic (Vlaams Agentschap Wegen en Verkeer), le réseau structurant est équipé de 1.450 radars fixes. Mais, à ces radars, il faut encore ajouter ceux des villes et communes ainsi que de la police. Si la comparaison est malaisée, une chose est sûre: la Flandre compte beaucoup plus de radars que la Wallonie. "Nous ne faisons pas la course à l'installation des radars", répond la porte-parole de Carlo Di Antonio. "Nous concevons les radars uniquement comme un moyen d'inciter les automobilistes à réduire leur vitesse dans les zones à risque." La Wallonie n'a commencé l'installation des radars qu'en 2009, ce qui explique son retard sur la Flandre. "Il ne s'agissait pas d'une politique soutenue par le précédent gouvernement", admet la voix du ministre wallon. Pour l'avenir, aucun objectif chiffré n'a été fixé mais l'installation des radars constitue "un travail à poursuivre progressivement". (Belga)

La Wallonie comptabilise 1.000 radars et, plus précisément, 275 boîtiers répressifs fixes, 125 radars répressifs mobiles et 600 radars préventifs (c'est-à-dire qui affichent la vitesse à laquelle roulent les conducteurs mais ne permettent pas de les sanctionner). Ces chiffres comprennent tant les radars dont les boîtiers proviennent de la Région wallonne - il y en a 33 - que ceux installés par les communes et la police. Côté flamand, d'après les chiffres communiqués à Belga par l'Agence flamande en charge des routes et du trafic (Vlaams Agentschap Wegen en Verkeer), le réseau structurant est équipé de 1.450 radars fixes. Mais, à ces radars, il faut encore ajouter ceux des villes et communes ainsi que de la police. Si la comparaison est malaisée, une chose est sûre: la Flandre compte beaucoup plus de radars que la Wallonie. "Nous ne faisons pas la course à l'installation des radars", répond la porte-parole de Carlo Di Antonio. "Nous concevons les radars uniquement comme un moyen d'inciter les automobilistes à réduire leur vitesse dans les zones à risque." La Wallonie n'a commencé l'installation des radars qu'en 2009, ce qui explique son retard sur la Flandre. "Il ne s'agissait pas d'une politique soutenue par le précédent gouvernement", admet la voix du ministre wallon. Pour l'avenir, aucun objectif chiffré n'a été fixé mais l'installation des radars constitue "un travail à poursuivre progressivement". (Belga)