Le risque de tels comportements est notamment d'exposer ses données bancaires, parmi lesquelles son numéro de carte de crédit. Selon la même enquête, un Européen sur dix a déjà été victime de cybercriminalité mobile. Au niveau mondial, 556 millions de victimes de ce type de criminalité sont recensées chaque année, ce qui représente plus d'un million et demi de victimes par jour. Les Européens sont ainsi méfiants par rapport à l'utilisation des smartphones et autres tablettes et aux informations accessibles par ce biais. Seulement 32% des Polonais déclarent avoir confiance dans les paiements par appareils mobiles, soit à peine plus que les Italiens (24%). Les plus méfiants sont les Allemands (13%) et les Russes (15%). Si 69% des utilisateurs européens d'appareils mobiles déclarent enregistrer des informations personnelles et sensibles sur leur terminal, ils sont 35% à n'utiliser aucun mot de passe pour en conditionner l'accès. Plus cocasse, 35% des Européens déclarent ne pas pouvoir se passer de leur appareil mobile et 24% le sauveraient même en priorité en cas d'incendie. L'étude a été menée auprès de 13.000 internautes âgés de 18 à 64 ans provenant de 24 pays, mais pas de Belgique. (OSA)

Le risque de tels comportements est notamment d'exposer ses données bancaires, parmi lesquelles son numéro de carte de crédit. Selon la même enquête, un Européen sur dix a déjà été victime de cybercriminalité mobile. Au niveau mondial, 556 millions de victimes de ce type de criminalité sont recensées chaque année, ce qui représente plus d'un million et demi de victimes par jour. Les Européens sont ainsi méfiants par rapport à l'utilisation des smartphones et autres tablettes et aux informations accessibles par ce biais. Seulement 32% des Polonais déclarent avoir confiance dans les paiements par appareils mobiles, soit à peine plus que les Italiens (24%). Les plus méfiants sont les Allemands (13%) et les Russes (15%). Si 69% des utilisateurs européens d'appareils mobiles déclarent enregistrer des informations personnelles et sensibles sur leur terminal, ils sont 35% à n'utiliser aucun mot de passe pour en conditionner l'accès. Plus cocasse, 35% des Européens déclarent ne pas pouvoir se passer de leur appareil mobile et 24% le sauveraient même en priorité en cas d'incendie. L'étude a été menée auprès de 13.000 internautes âgés de 18 à 64 ans provenant de 24 pays, mais pas de Belgique. (OSA)