"Ils déposeront une pétition de plus de 350 signatures ainsi qu'un état des lieux de leur logement", annonce le communiqué, accompagné dudit document. Photos à l'appui, on peut y prendre connaissance de l'état lamentable de certaines douches, envahies de moisissures et dont les murs et plafonds gonflés par l'humidité menacent de s'effondrer. La situation, déjà évoquée dans différents médias en septembre et octobre derniers à la suite d'un "cri d'alarme" lancé par les éducateurs et l'administrateur de l'établissement, Yves Mertens, a fait l'objet d'une question parlementaire posée à Jean-Marc Nollet. Si Yves Mertens affirme que les problèmes d'insalubrité datent de plusieurs années et que ses demandes d'un subside destiné à les résoudre restent sans réponse concrète de la part des autorités (un montant inconnu est annoncé pour 2014), le son de cloche est différent du côté du ministre concerné. Le 16 octobre dernier, Jean-Marc Nollet affirmait au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles que "c'est l'administrateur (de l'internat, ndlr) qui fixe la priorité des travaux à réaliser." "Depuis 2010, 21 interventions ont eu lieu dans cet internat (...) conformément aux priorités fixées", ajoutait le ministre, précisant que son cabinet souhaitait justement envisager avec Yves Mertens "d'intervertir l'ordre des travaux et de procéder aux réparations des sanitaires dès 2013 plutôt qu'en 2014". (Belga)

"Ils déposeront une pétition de plus de 350 signatures ainsi qu'un état des lieux de leur logement", annonce le communiqué, accompagné dudit document. Photos à l'appui, on peut y prendre connaissance de l'état lamentable de certaines douches, envahies de moisissures et dont les murs et plafonds gonflés par l'humidité menacent de s'effondrer. La situation, déjà évoquée dans différents médias en septembre et octobre derniers à la suite d'un "cri d'alarme" lancé par les éducateurs et l'administrateur de l'établissement, Yves Mertens, a fait l'objet d'une question parlementaire posée à Jean-Marc Nollet. Si Yves Mertens affirme que les problèmes d'insalubrité datent de plusieurs années et que ses demandes d'un subside destiné à les résoudre restent sans réponse concrète de la part des autorités (un montant inconnu est annoncé pour 2014), le son de cloche est différent du côté du ministre concerné. Le 16 octobre dernier, Jean-Marc Nollet affirmait au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles que "c'est l'administrateur (de l'internat, ndlr) qui fixe la priorité des travaux à réaliser." "Depuis 2010, 21 interventions ont eu lieu dans cet internat (...) conformément aux priorités fixées", ajoutait le ministre, précisant que son cabinet souhaitait justement envisager avec Yves Mertens "d'intervertir l'ordre des travaux et de procéder aux réparations des sanitaires dès 2013 plutôt qu'en 2014". (Belga)