Mgr Léonard a tenu à ce que le journal précise que l'archevêque parle de l'homosexualité à la demande des journalistes. "S'il y a obsession, elle n'est pas chez moi mais chez les personnes qui m'interrogent. Je n'ai rien envie de dire sur ce sujet." Pour le primat de Belgique, cette "forme de célibat et d'abstinence" à laquelle les homosexuels devraient s'astreindre est une "exigence dont le fondement est de nature philosophique" qui permet de "respecter le langage de la sexualité, en respectant la polarité masculin-féminin. Il ne voit pas de problème à ce que "deux hommes ou femmes décident de vivre ensemble, sur un plan civil, c'est leur affaire". "Et si ces personnes désirent - mais cela vaut aussi pour une mère qui vit avec sa fille -, qu'on leur assure une sécurité fiscale, patrimoniale, il y a d'autres formules que d'appeler cela le mariage." Mgr Léonard estime "qu'il y a du panache" dans la mobilisation des catholiques français dans les débats de société. (SLE)

Mgr Léonard a tenu à ce que le journal précise que l'archevêque parle de l'homosexualité à la demande des journalistes. "S'il y a obsession, elle n'est pas chez moi mais chez les personnes qui m'interrogent. Je n'ai rien envie de dire sur ce sujet." Pour le primat de Belgique, cette "forme de célibat et d'abstinence" à laquelle les homosexuels devraient s'astreindre est une "exigence dont le fondement est de nature philosophique" qui permet de "respecter le langage de la sexualité, en respectant la polarité masculin-féminin. Il ne voit pas de problème à ce que "deux hommes ou femmes décident de vivre ensemble, sur un plan civil, c'est leur affaire". "Et si ces personnes désirent - mais cela vaut aussi pour une mère qui vit avec sa fille -, qu'on leur assure une sécurité fiscale, patrimoniale, il y a d'autres formules que d'appeler cela le mariage." Mgr Léonard estime "qu'il y a du panache" dans la mobilisation des catholiques français dans les débats de société. (SLE)