Au Congo belge, les Congolais avaient la nationalité belge, mais ne jouissaient pas des mêmes droits que les Belges de souche. On n'y pratiquait pas officiellement la ségrégation raciale, mais dans la réalité... Cet apartheid dissimulé se traduit dans l'aménagement du territoire.

Des millions d'enfants congolais grandissent sous le régime colonial. Parallèlement, on compte parmi les dizaines de milliers de Belges vivant au Congo un nombre croissant de familles. Comment est-ce de grandir et d'aller à l'école au Congo belge?

Les contacts sexuels entre conquérants et conquis sont monnaie courante dans l'histoire mondiale. Au Congo belge, de nombreux colons entretiennent une "ménagère" noire. Est-ce une véritable partenaire ou une prostituée? Une victime ou une séductrice?

Les autorités veulent savoir avec précision qui vit sur leur territoire. Cette mission incombe aux anthropologues et aux ethnographes. Tantôt ils le font depuis chez eux, tantôt ils parcourent le pays un appareil photo à la main. Mais, dans tous les cas, leur regard est influencé par les conceptions scientifiques dominantes relatives aux races et aux tribus.

Sur le plan géographique, le Katanga est une région périphérique, mais la présence de minerais et de minéraux en fait le coeur économique du Congo. Grâce aux richesses du sous-sol katangais, l'entreprise belge Union minière est devenue un géant de l'industrie minière internationale.

L'entreprise minière belge a fourni la plus grande partie de la matière fissile destinée aux bombes atomiques américaines qui seront lâchées sur Hiroshima et Nagasaki. L'uranium provenait du sol congolais.

Si la préparation pouvait débuter, la catastrophe était certaine à l'horizon, tant la tâche était complexe et grande la carence d'outils intellectuels et techniques nécessaires à une administration efficace.

Il y a cinquante-six ans, les paras belges sautaient sur Stanleyville. Nom de code de la plus grande opération de sauvetage humanitaire de notre histoire : "Dragon rouge". Pour le chercheur Ludo De Witte, les priorités belges étaient surtout militaires, politiques et financières.

L'entreprise coloniale léopoldienne inspire romanciers, auteurs de BD et metteurs en scène. Ils voient en Léopold II un monstre de cynisme, qui n'a en tête que le pillage du Congo.