Lors d'une cérémonie du souvenir à l'ambassade des Etats-Unis à Addis Abeba, Lelisa Desisa, 23 ans, qui avait remporté là le deuxième marathon auquel il ait jamais participé, a dit son émotion lorsqu'il a appris "la nouvelle tragique de la mort et des blessures de tant d'innocents". "Le sport ne devrait jamais être un champ de bataille", a affirmé Lelisa Desisa après une minute de silence en compagnie d'une centaine de collaborateurs de l'ambassade et de membres de leurs familles. "En signe de solidarité avec les victimes de cet acte de violence insensé, je retournerai à Boston et ferai don de ma médaille de vainqueur à la population de la ville en l'honneur et à la mémoire de ceux qui ont souffert et sont morts ce jour-là, comme le petit Martin Richards, âgé de 8 ans", a-t-il encore déclaré. Samedi, des milliers de coureurs sont descendus dans les rues de Boston avec leurs supporteurs pour achever le marathon que beaucoup d'entre eux n'avaient pu terminer le 15 avril avant les explosions. Au moment des attentats, Lelisa Desisa avait franchi la ligne depuis longtemps. (Belga)

Lors d'une cérémonie du souvenir à l'ambassade des Etats-Unis à Addis Abeba, Lelisa Desisa, 23 ans, qui avait remporté là le deuxième marathon auquel il ait jamais participé, a dit son émotion lorsqu'il a appris "la nouvelle tragique de la mort et des blessures de tant d'innocents". "Le sport ne devrait jamais être un champ de bataille", a affirmé Lelisa Desisa après une minute de silence en compagnie d'une centaine de collaborateurs de l'ambassade et de membres de leurs familles. "En signe de solidarité avec les victimes de cet acte de violence insensé, je retournerai à Boston et ferai don de ma médaille de vainqueur à la population de la ville en l'honneur et à la mémoire de ceux qui ont souffert et sont morts ce jour-là, comme le petit Martin Richards, âgé de 8 ans", a-t-il encore déclaré. Samedi, des milliers de coureurs sont descendus dans les rues de Boston avec leurs supporteurs pour achever le marathon que beaucoup d'entre eux n'avaient pu terminer le 15 avril avant les explosions. Au moment des attentats, Lelisa Desisa avait franchi la ligne depuis longtemps. (Belga)