Le chef de l'Etat, dont les troupes sont engagées dans un conflit sanglant contre les insurgés, a "décrété une amnistie générale pour les crimes commis avant le 23 octobre" 2012, mais en a exclu les crimes commis par les "terroristes". Le décret promulgué exclut également les "criminels en fuite", sauf dans le cas où ils se rendent, a indiqué la télévision. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des dizaines de milliers de civils ont été détenus et des milliers d'autres ont disparu dans les geôles du régime depuis le début de la révolte contre M. Assad le 15 mars 2011, sans compter les milliers de soldats qui ont tenté de déserter. (MAJ)

Le chef de l'Etat, dont les troupes sont engagées dans un conflit sanglant contre les insurgés, a "décrété une amnistie générale pour les crimes commis avant le 23 octobre" 2012, mais en a exclu les crimes commis par les "terroristes". Le décret promulgué exclut également les "criminels en fuite", sauf dans le cas où ils se rendent, a indiqué la télévision. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des dizaines de milliers de civils ont été détenus et des milliers d'autres ont disparu dans les geôles du régime depuis le début de la révolte contre M. Assad le 15 mars 2011, sans compter les milliers de soldats qui ont tenté de déserter. (MAJ)