Le groupe le plus touché se compose de jeunes femmes entre 15 et 25 ans. "Cela étant, l'infection ne se limite pas à un groupe à risque déterminé, elle apparaît tant chez les hommes que chez les femmes. La multiplicité des partenaires est un facteur de risque important", précise l'asbl Sida'sos. L'infection à Chlamydia est l'infection sexuellement transmissible (IST) la plus fréquemment diagnostiquée, mais pour l'heure, on ignore les causes de sa recrudescence. "Cette situation peut aussi bien résulter d'une augmentation du nombre de tests demandés, d'une modification des politiques de dépistage des centres médicaux, de l'amélioration des tests diagnostiques ou d'une augmentation de l'incidence", avance l'asbl. Ces dernières années, le nombre d'infections aux IST a considérablement augmenté. Toutes les infections sont en hausse (Gonorrhée, Hépatites, Chlamydia, Syphilis, etc). Or elles peuvent faciliter une infection au VIH si la personne concernée prend un risque. Les IST fragilisent les muqueuses, qui sont alors plus vulnérables en cas de contact avec le VIH. La chlamydia reste dans la majorité des cas asymptomatique. "Outre l'utilisation du préservatif, le dépistage représente à ce jour la seule solution efficace pour détecter et prendre en charge cette IST qui, non traitée, peut être une cause de stérilité chez les femmes", conclut l'asbl. (Belga)

Le groupe le plus touché se compose de jeunes femmes entre 15 et 25 ans. "Cela étant, l'infection ne se limite pas à un groupe à risque déterminé, elle apparaît tant chez les hommes que chez les femmes. La multiplicité des partenaires est un facteur de risque important", précise l'asbl Sida'sos. L'infection à Chlamydia est l'infection sexuellement transmissible (IST) la plus fréquemment diagnostiquée, mais pour l'heure, on ignore les causes de sa recrudescence. "Cette situation peut aussi bien résulter d'une augmentation du nombre de tests demandés, d'une modification des politiques de dépistage des centres médicaux, de l'amélioration des tests diagnostiques ou d'une augmentation de l'incidence", avance l'asbl. Ces dernières années, le nombre d'infections aux IST a considérablement augmenté. Toutes les infections sont en hausse (Gonorrhée, Hépatites, Chlamydia, Syphilis, etc). Or elles peuvent faciliter une infection au VIH si la personne concernée prend un risque. Les IST fragilisent les muqueuses, qui sont alors plus vulnérables en cas de contact avec le VIH. La chlamydia reste dans la majorité des cas asymptomatique. "Outre l'utilisation du préservatif, le dépistage représente à ce jour la seule solution efficace pour détecter et prendre en charge cette IST qui, non traitée, peut être une cause de stérilité chez les femmes", conclut l'asbl. (Belga)