Selon le Comité de monitoring, l'effort à réaliser atteint 206 millions d'euros. Lors de l'ajustement précédent, le gouvernement s'était réservé 226 millions d'euros, par mesure de prudence. Il ne faudrait toutefois pas se reposer sur ses lauriers; il serait "bon de maintenir la prudence", a souligné à son arrivée au "16" le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo, estimant que conserver une marge de 20 millions d'euros serait insuffisant. Il faut confirmer les engagements européens, réaliser un effort structurel de 1%, tout en veillant à ne pas brider la consommation et l'activité des entrepreneurs, a-t-il dit. Comme d'autres, Alexander De Croo a déjà les yeux rivés sur les mesures de relance qui seront amplifiées. Il faut voir à long terme mais ce serait une erreur de ne rien faire maintenant, a-t-il précisé, appelant le fédéral à prendre des mesures en soutien de ce qui a été décidé en Flandre. Une réunion du Comité de concertation aura lieu à ce sujet mercredi. De son côté, le vice-premier ministre MR Didier Reynders a dit espérer que les autres entités du pays ont, à l'instar de la Flandre, également préparé des mesures de relance. Il faudra s'y attaquer si possible dès 2013 et certainement pour 2014, a-t-il dit. M. Reynders, dont le parti siège dans l'opposition, à Bruxelles et en Wallonie, a également dit vouloir être certain que l'ensemble des entités du pays respecteraient leurs engagements budgétaires. L'effort du fédéral ne devrait pas être très difficile, a-t-il confirmé. Il pourrait même être plus facile encore qu'annoncé, a pour sa part souligné la vice-première ministre cdH Joëlle Milquet. Il n'y a tout cas pas de problème en ce qui concerne le budget de la Sécurité sociale en 2013, a fait observer la vice-première ministre PS et ministre de la Santé Laurette Onkelinx. "Les comptes sont en ordre", a-t-elle dit. Comme ses collègues, la ministre socialiste a également appelé à profiter du retour annoncé de la croissance pour dégager en 2014 des moyens pour la relance. Les socialistes visent comme d'habitude les revenus du capital. "Le discours n'a pas changé", a commenté Laurette Onkelinx. (Belga)

Selon le Comité de monitoring, l'effort à réaliser atteint 206 millions d'euros. Lors de l'ajustement précédent, le gouvernement s'était réservé 226 millions d'euros, par mesure de prudence. Il ne faudrait toutefois pas se reposer sur ses lauriers; il serait "bon de maintenir la prudence", a souligné à son arrivée au "16" le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo, estimant que conserver une marge de 20 millions d'euros serait insuffisant. Il faut confirmer les engagements européens, réaliser un effort structurel de 1%, tout en veillant à ne pas brider la consommation et l'activité des entrepreneurs, a-t-il dit. Comme d'autres, Alexander De Croo a déjà les yeux rivés sur les mesures de relance qui seront amplifiées. Il faut voir à long terme mais ce serait une erreur de ne rien faire maintenant, a-t-il précisé, appelant le fédéral à prendre des mesures en soutien de ce qui a été décidé en Flandre. Une réunion du Comité de concertation aura lieu à ce sujet mercredi. De son côté, le vice-premier ministre MR Didier Reynders a dit espérer que les autres entités du pays ont, à l'instar de la Flandre, également préparé des mesures de relance. Il faudra s'y attaquer si possible dès 2013 et certainement pour 2014, a-t-il dit. M. Reynders, dont le parti siège dans l'opposition, à Bruxelles et en Wallonie, a également dit vouloir être certain que l'ensemble des entités du pays respecteraient leurs engagements budgétaires. L'effort du fédéral ne devrait pas être très difficile, a-t-il confirmé. Il pourrait même être plus facile encore qu'annoncé, a pour sa part souligné la vice-première ministre cdH Joëlle Milquet. Il n'y a tout cas pas de problème en ce qui concerne le budget de la Sécurité sociale en 2013, a fait observer la vice-première ministre PS et ministre de la Santé Laurette Onkelinx. "Les comptes sont en ordre", a-t-elle dit. Comme ses collègues, la ministre socialiste a également appelé à profiter du retour annoncé de la croissance pour dégager en 2014 des moyens pour la relance. Les socialistes visent comme d'habitude les revenus du capital. "Le discours n'a pas changé", a commenté Laurette Onkelinx. (Belga)