Ce congrès de l'Association internationale de la lèpre (ILA), qui a lieu tous les cinq ans et pour la première fois à Bruxelles, se poursuivra jusqu'au 19 septembre. Quelque 700 médecins, professionnels de la santé et experts en lèpre sont venus du monde entier pour partager leurs expériences. Des associations qui récoltent des fonds pour combattre la maladie sont également présentes. "En 1991 il y avait 3 millions de personnes touchées par la lèpre. En 2004, leur nombre est tombé à 250.000. Cela a donné la fausse impression que la maladie disparaissait. Mais ce n'est pas vrai. Depuis 2004 ce nombre ne baisse plus et reste constant", constate le docteur Cairns Smith, professeur à l'Université d'Aberdeen (Ecosse). "Chaque année, il y a près d'un quart de million de personnes qui sont contaminées, surtout en Inde, au Brésil et en Indonésie", explique, de son côté, Rigo Peeters, secrétaire général de la Fondation Damien et président du comité d'organisation belge. "Ce qui est terrible avec la lèpre ce ne sont pas que les symptômes physiques mais également tous les problèmes sociaux qui en découlent. Les personnes atteintes de la lèpre sont encore toujours discriminées", déplore Yohei Sasakawa, l'ambassadeur japonais de bonne volonté de l'Organisation mondiale de la santé pour l'élimination de la lèpre. (Belga)

Ce congrès de l'Association internationale de la lèpre (ILA), qui a lieu tous les cinq ans et pour la première fois à Bruxelles, se poursuivra jusqu'au 19 septembre. Quelque 700 médecins, professionnels de la santé et experts en lèpre sont venus du monde entier pour partager leurs expériences. Des associations qui récoltent des fonds pour combattre la maladie sont également présentes. "En 1991 il y avait 3 millions de personnes touchées par la lèpre. En 2004, leur nombre est tombé à 250.000. Cela a donné la fausse impression que la maladie disparaissait. Mais ce n'est pas vrai. Depuis 2004 ce nombre ne baisse plus et reste constant", constate le docteur Cairns Smith, professeur à l'Université d'Aberdeen (Ecosse). "Chaque année, il y a près d'un quart de million de personnes qui sont contaminées, surtout en Inde, au Brésil et en Indonésie", explique, de son côté, Rigo Peeters, secrétaire général de la Fondation Damien et président du comité d'organisation belge. "Ce qui est terrible avec la lèpre ce ne sont pas que les symptômes physiques mais également tous les problèmes sociaux qui en découlent. Les personnes atteintes de la lèpre sont encore toujours discriminées", déplore Yohei Sasakawa, l'ambassadeur japonais de bonne volonté de l'Organisation mondiale de la santé pour l'élimination de la lèpre. (Belga)