Dans ce code, destiné non seulement aux 2.400 juges professionnels mais aussi aux juges qui les assistent parfois, dont les juges suppléants, se retrouve notamment le fait que, dans leur vie privée, les magistrats peuvent exprimer leur opinion mais "de façon modérée et nuancée". Ou que le fait d'être membre d'associations ne peut mettre en péril leur image d'impartialité. Les magistrats s'abstiendront en outre d'avoir des contacts qui pourraient faire peser des doutes sur leur indépendance. La projet de code de déontologie stipule aussi que la présence des magistrats sur des réseaux sociaux tels Facebook exige "une grande prudence". Enfin, le texte précise que toute forme de comportement indélicat sera proscrite, et en particulier le fait d'obtenir quelque avantage que ce soit pour soi-même ou autrui. (VIM)

Dans ce code, destiné non seulement aux 2.400 juges professionnels mais aussi aux juges qui les assistent parfois, dont les juges suppléants, se retrouve notamment le fait que, dans leur vie privée, les magistrats peuvent exprimer leur opinion mais "de façon modérée et nuancée". Ou que le fait d'être membre d'associations ne peut mettre en péril leur image d'impartialité. Les magistrats s'abstiendront en outre d'avoir des contacts qui pourraient faire peser des doutes sur leur indépendance. La projet de code de déontologie stipule aussi que la présence des magistrats sur des réseaux sociaux tels Facebook exige "une grande prudence". Enfin, le texte précise que toute forme de comportement indélicat sera proscrite, et en particulier le fait d'obtenir quelque avantage que ce soit pour soi-même ou autrui. (VIM)