"La société a bien été informée, le mercredi 24 septembre, qu'un de ses conducteurs était porteur de la tuberculose. La médecine du travail et le Fonds des affections respiratoires (FARES) ont donc été prévenus", indique la porte-parole de la Stib, Françoise Ledune. "Nous avons déterminé le cercle d'entourage qui a pu être en contact avec cette personne et contacté, ensuite, 148 personnes afin qu'elles procèdent à un dépistage préventif", complète la porte-parole. Les tests ont débuté vendredi dernier. "Jusqu'à présent une personne aurait réagi positivement à l'épreuve cutanée. Elle va être soumise à des examens complémentaires, une radio du thorax et une mise en culture des expectorations, afin de confirmer le diagnostic", précise Françoise Ledune. Si ce deuxième cas était avéré, une nouvelle procédure de dépistage préventif serait appliquée au sein de l'entourage de cette personne. "Mais il n'est pas question de parler d'une menace d'épidémie pesant sur la Stib", conclut la porte-parole. (MUA)

"La société a bien été informée, le mercredi 24 septembre, qu'un de ses conducteurs était porteur de la tuberculose. La médecine du travail et le Fonds des affections respiratoires (FARES) ont donc été prévenus", indique la porte-parole de la Stib, Françoise Ledune. "Nous avons déterminé le cercle d'entourage qui a pu être en contact avec cette personne et contacté, ensuite, 148 personnes afin qu'elles procèdent à un dépistage préventif", complète la porte-parole. Les tests ont débuté vendredi dernier. "Jusqu'à présent une personne aurait réagi positivement à l'épreuve cutanée. Elle va être soumise à des examens complémentaires, une radio du thorax et une mise en culture des expectorations, afin de confirmer le diagnostic", précise Françoise Ledune. Si ce deuxième cas était avéré, une nouvelle procédure de dépistage préventif serait appliquée au sein de l'entourage de cette personne. "Mais il n'est pas question de parler d'une menace d'épidémie pesant sur la Stib", conclut la porte-parole. (MUA)