Ces 31 cas doivent être relativisés au regard des 125.000 professeurs qui exercent au sein de la Communauté française : en effet, seuls 0,025% d'entre eux ont été évincés par l'administration, précise le quotidien. Les violences envers les élèves concernent trois cas, soit 10% du total. Un professeur, mis en non-activité pendant 5 ans (le maximum prévu par la mesure), fumait au sein de l'établissement et a puni physiquement deux élèves, sans compter son attitude agressive et désinvolte envers la hiérarchie. Un autre a été inculpé pour un enlèvement suivi de violences. Quatre écartements, soit 13% du total, sanctionnent des détournements et des malversations. Un professeur qui a également abusé de biens sociaux se retrouve aujourd'hui sous la loupe de la justice pénale. La pédophilie et les faits de moeurs représentent le premier motif d'exclusion de l'année scolaire 2011-2012. Il s'agit de 6 dossiers, soit 19 % des mesures. Un professeur a ainsi été interdit de classe à cause de "comportements inappropriés à l'égard d'enfants" et un autre suite à une suspicion d'une "proposition indécente envers une élève", rapporte la Dernière Heure. (PVO)

Ces 31 cas doivent être relativisés au regard des 125.000 professeurs qui exercent au sein de la Communauté française : en effet, seuls 0,025% d'entre eux ont été évincés par l'administration, précise le quotidien. Les violences envers les élèves concernent trois cas, soit 10% du total. Un professeur, mis en non-activité pendant 5 ans (le maximum prévu par la mesure), fumait au sein de l'établissement et a puni physiquement deux élèves, sans compter son attitude agressive et désinvolte envers la hiérarchie. Un autre a été inculpé pour un enlèvement suivi de violences. Quatre écartements, soit 13% du total, sanctionnent des détournements et des malversations. Un professeur qui a également abusé de biens sociaux se retrouve aujourd'hui sous la loupe de la justice pénale. La pédophilie et les faits de moeurs représentent le premier motif d'exclusion de l'année scolaire 2011-2012. Il s'agit de 6 dossiers, soit 19 % des mesures. Un professeur a ainsi été interdit de classe à cause de "comportements inappropriés à l'égard d'enfants" et un autre suite à une suspicion d'une "proposition indécente envers une élève", rapporte la Dernière Heure. (PVO)