"Les syndicats veulent encore plus que ce que nous avons trouvé comme compromis", explique le président de la Fédération des pompiers, Marc Gilbert. "Dans les statuts qu'on a négocié, il est certain que tout ne nous convient pas, mais c'est normal, c'est un compromis et nous devons travailler de cette manière-là", indique-t-il. Pour Marc Gilbert, le gouvernement, ainsi que les autres parties, ont fait tout leur possible, "et puis il y a également d'autres secteurs qui ont besoin de financement. On n'a obtenu certaines choses, pas tout, mais en même temps on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière", s'exclame-t-il. Le président de la Fédération des pompiers minimise également l'importance de l'événement. "Les syndicats ne représentent qu'environ 2.000 pompiers", précise-t-il. Il ne devrait donc pas y avoir de véhicules de pompiers se rendant à Bruxelles vendredi. (Belga)

"Les syndicats veulent encore plus que ce que nous avons trouvé comme compromis", explique le président de la Fédération des pompiers, Marc Gilbert. "Dans les statuts qu'on a négocié, il est certain que tout ne nous convient pas, mais c'est normal, c'est un compromis et nous devons travailler de cette manière-là", indique-t-il. Pour Marc Gilbert, le gouvernement, ainsi que les autres parties, ont fait tout leur possible, "et puis il y a également d'autres secteurs qui ont besoin de financement. On n'a obtenu certaines choses, pas tout, mais en même temps on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière", s'exclame-t-il. Le président de la Fédération des pompiers minimise également l'importance de l'événement. "Les syndicats ne représentent qu'environ 2.000 pompiers", précise-t-il. Il ne devrait donc pas y avoir de véhicules de pompiers se rendant à Bruxelles vendredi. (Belga)