Le taux de fécondité a globalement chuté en Europe dans les dernières décennies et se situe désormais nettement sous le niveau de remplacement (2,1 enfants par femme). En 2002, première année pour laquelle des statistiques ont été compilées au niveau de l'UE, il s'établissait à 1,46. Au début de la dernière décennie, dans un contexte économique globalement favorable, la natalité a régulièrement progressé, pour plafonner à 1,60 en 2008. Mais elle semble désormais à nouveau en déclin, puisqu'en 2011, l'indicateur a régressé à 1,57. La moyenne européenne masque des divergences très nettes entre les pays. Si l'Irlande, par exemple, a enregistré une baisse spectaculaire de la natalité sur plusieurs décennies, ce n'est pas le cas de la Belgique, où le taux de fertilité a progressé depuis les années 1970 et s'établit au dessus de la moyenne européenne. Ces données sont issues d'un rapport plus large sur la situation sociale en Europe, dans lequel la Commission brosse un tableau peu réjouissant, avec des progressions importantes du chômage et de la pauvreté. (WAE)

Le taux de fécondité a globalement chuté en Europe dans les dernières décennies et se situe désormais nettement sous le niveau de remplacement (2,1 enfants par femme). En 2002, première année pour laquelle des statistiques ont été compilées au niveau de l'UE, il s'établissait à 1,46. Au début de la dernière décennie, dans un contexte économique globalement favorable, la natalité a régulièrement progressé, pour plafonner à 1,60 en 2008. Mais elle semble désormais à nouveau en déclin, puisqu'en 2011, l'indicateur a régressé à 1,57. La moyenne européenne masque des divergences très nettes entre les pays. Si l'Irlande, par exemple, a enregistré une baisse spectaculaire de la natalité sur plusieurs décennies, ce n'est pas le cas de la Belgique, où le taux de fertilité a progressé depuis les années 1970 et s'établit au dessus de la moyenne européenne. Ces données sont issues d'un rapport plus large sur la situation sociale en Europe, dans lequel la Commission brosse un tableau peu réjouissant, avec des progressions importantes du chômage et de la pauvreté. (WAE)