L'UCL et le groupe hospitalier La Ramée-Fond'Roy proposeront dès la rentrée académique 2014-2015 d'héberger dans des kots communautaires huit étudiants présentant un trouble de santé mentale stabilisé (épisode dépressif, trouble panique, anorexie, agoraphobie, etc.) sur le site de Woluwe. Les étudiants bénéficieront d'un encadrement psychopédagogique et social spécifique en lien étroit avec le Service d'Aide aux étudiants de l'UCL. "La population des étudiants souffrant de troubles mentaux est encore méconnue mais plusieurs études montrent qu'elle est en augmentation constante", selon l'UCL. "Nous savons par exemple aujourd'hui que chez les jeunes de 15 à 24 ans, la prévalence des troubles mentaux au cours des 12 derniers mois était de 18%." Le projet s'inscrit dans le cadre du statut PEPS (Projet pour étudiants à profil spécifique) né il y a deux ans. Il vise à offrir des aménagements particuliers à des étudiants qui de par un handicap, une maladie grave, une activité sportive ou artistique de haut niveau, ne peuvent s'engager dans un cursus universitaire sans aménagements particuliers, peut-on lire sur le site de l'UCL. "L'encadrement est destiné aux étudiants régulièrement inscrits à l'UCL, sur le site de Woluwe, ayant obtenu le statut PEPS, et qui présentent des fragilités sur le plan de la santé mentale tout en ayant les capacités intellectuelles suffisantes pour mener à bien un cursus universitaire", conclut l'université dans un communiqué. (Belga)

L'UCL et le groupe hospitalier La Ramée-Fond'Roy proposeront dès la rentrée académique 2014-2015 d'héberger dans des kots communautaires huit étudiants présentant un trouble de santé mentale stabilisé (épisode dépressif, trouble panique, anorexie, agoraphobie, etc.) sur le site de Woluwe. Les étudiants bénéficieront d'un encadrement psychopédagogique et social spécifique en lien étroit avec le Service d'Aide aux étudiants de l'UCL. "La population des étudiants souffrant de troubles mentaux est encore méconnue mais plusieurs études montrent qu'elle est en augmentation constante", selon l'UCL. "Nous savons par exemple aujourd'hui que chez les jeunes de 15 à 24 ans, la prévalence des troubles mentaux au cours des 12 derniers mois était de 18%." Le projet s'inscrit dans le cadre du statut PEPS (Projet pour étudiants à profil spécifique) né il y a deux ans. Il vise à offrir des aménagements particuliers à des étudiants qui de par un handicap, une maladie grave, une activité sportive ou artistique de haut niveau, ne peuvent s'engager dans un cursus universitaire sans aménagements particuliers, peut-on lire sur le site de l'UCL. "L'encadrement est destiné aux étudiants régulièrement inscrits à l'UCL, sur le site de Woluwe, ayant obtenu le statut PEPS, et qui présentent des fragilités sur le plan de la santé mentale tout en ayant les capacités intellectuelles suffisantes pour mener à bien un cursus universitaire", conclut l'université dans un communiqué. (Belga)