"Nous avançons sur Bor (...) il y a des combats, mais nous sommes aidés par des unités aériennes", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), Philip Aguer. Des combats ont éclaté dimanche 15 décembre entre les troupes du président Salva Kiir et celles de l'ancien vice-président Riek Machar. Les forces de Machar ont pris la localité de Bor, à 200 km au nord de Juba dans la nuit de mercredi à jeudi. Bor est la capitale de l'Etat de Jonglei, l'une des régions les plus explosives de la jeune nation du Soudan du Sud, devenue indépendante en 2011. Philip Aguer a démenti des informations selon lesquelles l'armée ougandaise voisine, qui avait envoyé des troupes vendredi à Juba pour ramener la sécurité dans la capitale et permettre l'évacuation de milliers de ses citoyens, participe aux combats contre Riek Machar. "Cette opération est menée par la seule SPLA", a-t-il affirmé. Il a également souligné que l'Etat-clé d'Unité, producteur de pétrole, était sous le contrôle du gouvernement, précisant qu'il y avait eu des combats pendant la nuit dans Bentiu, capitale de cet Etat. Par ailleurs, la présidence kenyane a annoncé samedi l'envoi "immédiat" par le Kenya de soldats au Soudan du Sud pour évacuer quelque 1.600 ressortissants. Le président Uhuru Kenyatta a "ordonné aux KDF (Forces de défense du Kenya) de commencer immédiatement l'évacuation des 1.600 Kényans se trouvant au Soudan du Sud" a indiqué le porte-parole de la présidence Manoah Esipisu dans un communiqué. (Belga)

"Nous avançons sur Bor (...) il y a des combats, mais nous sommes aidés par des unités aériennes", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), Philip Aguer. Des combats ont éclaté dimanche 15 décembre entre les troupes du président Salva Kiir et celles de l'ancien vice-président Riek Machar. Les forces de Machar ont pris la localité de Bor, à 200 km au nord de Juba dans la nuit de mercredi à jeudi. Bor est la capitale de l'Etat de Jonglei, l'une des régions les plus explosives de la jeune nation du Soudan du Sud, devenue indépendante en 2011. Philip Aguer a démenti des informations selon lesquelles l'armée ougandaise voisine, qui avait envoyé des troupes vendredi à Juba pour ramener la sécurité dans la capitale et permettre l'évacuation de milliers de ses citoyens, participe aux combats contre Riek Machar. "Cette opération est menée par la seule SPLA", a-t-il affirmé. Il a également souligné que l'Etat-clé d'Unité, producteur de pétrole, était sous le contrôle du gouvernement, précisant qu'il y avait eu des combats pendant la nuit dans Bentiu, capitale de cet Etat. Par ailleurs, la présidence kenyane a annoncé samedi l'envoi "immédiat" par le Kenya de soldats au Soudan du Sud pour évacuer quelque 1.600 ressortissants. Le président Uhuru Kenyatta a "ordonné aux KDF (Forces de défense du Kenya) de commencer immédiatement l'évacuation des 1.600 Kényans se trouvant au Soudan du Sud" a indiqué le porte-parole de la présidence Manoah Esipisu dans un communiqué. (Belga)