En 1987, au moment de la fermeture de l'usine Coverit, une filiale d'Eternit qui fabriquait notamment des ardoises en amiante-ciment, l'ouvrier Michel Verniers avait constaté que beaucoup de ses collègues étaient malades, explique Le Soir Magazine. En 2004, il avait recensé 102 morts parmi les 250 ouvriers de l'usine d'Harmignies, un village de l'entité de Mons. Selon de nouvelles données récoltées et cartographiées par l'Abeva, le nombre de victimes atteint aujourd'hui 210 personnes, dont 171 décédées. Mais ce bilan pourrait se révéler encore plus lourd, ajoute l'hebdomadaire. Car quatre victimes n'ont jamais travaillé dans l'usine, d'après ces statistiques. "Elles ont été contaminées par des fibres d'amiante transportées par le vent ou sur les vêtements des ouvriers", en conclut Eric Jonckheere, président de l'Abeva. "Des épouses, des enfants ont été contaminés." Les victimes sont concentrées dans un rayon d'environ vingt kilomètres autour de l'ancienne usine. L'Abeva recense notamment 24 décès à Harmignies même, 21 à Givry, 14 à Haulchin ou encore 8 à Mons. Coverit n'a jamais versé d'indemnité à ses ouvriers, rappelle l'hebdomadaire. Selon l'Abeva, la direction du site était pourtant au courant des risques des cancers engendrés par l'amiante, finalement interdit en 2001 en Belgique. (Belga)

En 1987, au moment de la fermeture de l'usine Coverit, une filiale d'Eternit qui fabriquait notamment des ardoises en amiante-ciment, l'ouvrier Michel Verniers avait constaté que beaucoup de ses collègues étaient malades, explique Le Soir Magazine. En 2004, il avait recensé 102 morts parmi les 250 ouvriers de l'usine d'Harmignies, un village de l'entité de Mons. Selon de nouvelles données récoltées et cartographiées par l'Abeva, le nombre de victimes atteint aujourd'hui 210 personnes, dont 171 décédées. Mais ce bilan pourrait se révéler encore plus lourd, ajoute l'hebdomadaire. Car quatre victimes n'ont jamais travaillé dans l'usine, d'après ces statistiques. "Elles ont été contaminées par des fibres d'amiante transportées par le vent ou sur les vêtements des ouvriers", en conclut Eric Jonckheere, président de l'Abeva. "Des épouses, des enfants ont été contaminés." Les victimes sont concentrées dans un rayon d'environ vingt kilomètres autour de l'ancienne usine. L'Abeva recense notamment 24 décès à Harmignies même, 21 à Givry, 14 à Haulchin ou encore 8 à Mons. Coverit n'a jamais versé d'indemnité à ses ouvriers, rappelle l'hebdomadaire. Selon l'Abeva, la direction du site était pourtant au courant des risques des cancers engendrés par l'amiante, finalement interdit en 2001 en Belgique. (Belga)