"Le nombre des manifestants blessés (admis) à l'hôpital après avoir été attaqués par la police anti-émeutes a dépassé le chiffre de 100", a déclaré Mohammad al-Humaidi, directeur de la Société koweïtienne pour les droits de l'homme, sur son compte Twitter. Le ministère de l'Intérieur a indiqué dans un communiqué que 11 policiers avaient été blessés par des pierres lancées par des manifestants. Fortement armés et portant des masques, les policiers anti-émeutes ont tiré à plusieurs reprises du gaz lacrymogène et des bombes assourdissantes avant de recourir à des balles en caoutchouc pour tenter de disperser la manifestation, animée par d'anciens députés de l'opposition. La police a également arrêté plusieurs dizaines de personnes, ont indiqué les organisateurs sur Twitter. L'opposition, redoutant une manipulation du prochain scrutin, avait appelé à manifester pour protester contre la décision de l'émir, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, d'amender la loi électorale avant les élections législatives anticipées convoquées pour le 1er décembre. (AUM)

"Le nombre des manifestants blessés (admis) à l'hôpital après avoir été attaqués par la police anti-émeutes a dépassé le chiffre de 100", a déclaré Mohammad al-Humaidi, directeur de la Société koweïtienne pour les droits de l'homme, sur son compte Twitter. Le ministère de l'Intérieur a indiqué dans un communiqué que 11 policiers avaient été blessés par des pierres lancées par des manifestants. Fortement armés et portant des masques, les policiers anti-émeutes ont tiré à plusieurs reprises du gaz lacrymogène et des bombes assourdissantes avant de recourir à des balles en caoutchouc pour tenter de disperser la manifestation, animée par d'anciens députés de l'opposition. La police a également arrêté plusieurs dizaines de personnes, ont indiqué les organisateurs sur Twitter. L'opposition, redoutant une manipulation du prochain scrutin, avait appelé à manifester pour protester contre la décision de l'émir, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, d'amender la loi électorale avant les élections législatives anticipées convoquées pour le 1er décembre. (AUM)