"Il est libre de retourner en Russie. Absolument", a déclaré Dmitri Peskov. Il a refusé de dire si des conditions avaient été posées à sa libération, ni si l'ex-détenu, âgé de 50 ans, serait libre de faire de la politique dans son pays. M. Peskov a par ailleurs indiqué que M. Khodorkovski avait écrit deux lettres à M. Poutine: une courte officielle, et une autre, longue et plus personnelle. Il n'a pas donné plus de détails. M. Khodorkovski est arrivé vendredi à Berlin, quelques heures après avoir été extrait dans le plus grand secret de son camp de détention de Carélie (nord-ouest de la Russie). La veille, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé à la surprise générale sa grâce, indiquant que le détenu lui avait fait une demande en ce sens. Dans un bref communiqué, M. Khodorkovski a confirmé vendredi soir avoir fait une demande de grâce au président russe "en raison de circonstances familiales", mais a nié avoir reconnu sa culpabilité, comme l'a affirmé le Kremlin. (Belga)

"Il est libre de retourner en Russie. Absolument", a déclaré Dmitri Peskov. Il a refusé de dire si des conditions avaient été posées à sa libération, ni si l'ex-détenu, âgé de 50 ans, serait libre de faire de la politique dans son pays. M. Peskov a par ailleurs indiqué que M. Khodorkovski avait écrit deux lettres à M. Poutine: une courte officielle, et une autre, longue et plus personnelle. Il n'a pas donné plus de détails. M. Khodorkovski est arrivé vendredi à Berlin, quelques heures après avoir été extrait dans le plus grand secret de son camp de détention de Carélie (nord-ouest de la Russie). La veille, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé à la surprise générale sa grâce, indiquant que le détenu lui avait fait une demande en ce sens. Dans un bref communiqué, M. Khodorkovski a confirmé vendredi soir avoir fait une demande de grâce au président russe "en raison de circonstances familiales", mais a nié avoir reconnu sa culpabilité, comme l'a affirmé le Kremlin. (Belga)